Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog


24/10/2013

Les Jeunes Communistes portent plainte contre Valls. Source AFP

vallscaricature.jpgLe Mouvement jeunes communistes de France (MJCF) a déposé plainte mardi contre Manuel Valls devant la Cour de justice de la République (CJR) dans l'affaire Leonarda, pour "mise en péril de mineurs", a-t-on appris auprès des communistes

JClogo.jpg"Le Mouvement jeunes communistes de France, par l'intermédiaire de son secrétaire général, Nordine Idir, a déposé une plainte devant la commission des requêtes de la Cour de justice de la République contre Manuel Valls, ministre de l'Intérieur, dans l'affaire Leonarda Dibrani", annonce un communiqué du MJCF sur son blog.

Nordine Idir porte plainte contre le ministre de l'Intérieur pour "mise en danger de la personne, notamment pour risques causés à autrui, pour délaissement de mineurs, ainsi que pour mise en péril de mineurs", selon le même communiqué. Le MJCF considère que "l'application actuelle de la loi et les choix faits par l'administration, sous tutelle du ministre de l'Intérieur, sont contraires aux intérêts de la famille Dibrani, au respect de la dignité humaine et de la sécurité garantis par le bloc de constitutionnalité".

"Nous estimons ainsi que le ministre est pénalement responsable devant la justice de mettre en danger une famille entière avec leurs enfants mineurs en les expulsant dans un pays qu'ils ne connaissent pas ou peu, dont ils ne parlent pas la langue et qui a été retiré de la liste des pays d'origine sûrs par un arrêt du Conseil d'État en mars 2012", écrivent les jeunes communistes. Le Mrap (Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples) avait annoncé le 10 octobre qu'il déposerait plainte contre Manuel Valls devant la Cour de justice de la République (CJR) pour "incitation à la haine raciale" en raison de ses propos controversés sur les Roms. Contacté jeudi, le Mrap a confirmé qu'il porterait plainte dans les prochains jours.

16:55 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | |

L’impunité de Valls doit cesser ! Jean-Luc Mélenchon

L’impunité de Valls doit cesser ! Le ministre de l’Intérieur doit s’expliquer sur l’usage disproportionné de la force contre la manifestation pour le droit au logement samedi 18 octobre place de la République à Paris.

Police_CRS.jpgAlors que cette manifestation était légalement déclarée et pacifique, elle a été réprimée de manière incompréhensible. Au point que le porte-parole de l’association Droit au logement, Jean-Baptiste Eyraud, a eu deux côtes cassées et que deux mères de famille se sont retrouvées à l’hôpital.

Je demande l’ouverture immédiate d’une enquête sur les conditions de cette répression et la chaîne de décision qui a conduit à une telle atteinte à la liberté de manifestation. Pendant combien de temps encore le président de la République et le premier ministre vont-ils laisser le ministre de l’Intérieur piétiner les libertés publiques et les droits fondamentaux en toute impunité ?

La brutalité de Manuel Valls à l’égard des faibles et des pauvres est devenue la marque de sa campagne de promotion personnelle. Au lieu d’essayer de mater son groupe à l’assemblée le premier ministre ferait mieux de dominer son ministre de l’Intérieur.

16:19 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

Violences policières : il est temps de prendre position ! Corinne Morel Darleux

Expulsions, répression policière, deux mères de famille à l’hôpital et deux côtes cassées pour le porte parole de l’association Droit au Logement, ce climat ne peut plus durer!

Alors que de plus en plus de familles n’ont plus de toit, que le chômage et la précarité s’étendent avec les politiques d’austérité, le gouvernement de M.Hollande a-t-il choisi de mettre plus de moyens dans les cars de CRS que dans l’accès au logement pour tous ? Il est maintenant temps que chacun prenne position.

Logo_Dal.jpgSoutien au DAL et à Jean-Baptiste Eyraud, ou soutien aux gardes à vue et à Jean-Marc Ayrault… Que choisit la Ministre du Logement Cécile Duflot ?

logoPGnat.jpgLe Parti de Gauche - Corinne Morel Darleux, Secrétaire nationale

16:05 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

22/10/2013

Pierre LAURENT : "Est-ce que j'ai une tête à quitter le Front de Gauche ? VIDEO

"Ca fait 4 ans que je passe mes jours et mes nuits à construire cette perspective politique, et la politique du gouvernement la rend utile plus que jamais..."

Pierre Laurent, secrétaire national du PCF était ce mardi 22 octobre, "L'invité de 7h50" sur France Inter.


L'invité de 7h50 : Pierre Laurent, secrétaire... par franceinter

Note précédente : "Coup de blues dimanche dernier". JLM était l'invité de Tous politiques sur France Inter > VIDEO

23:44 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

"Coup de blues dimanche dernier". JLM était l'invité de Tous politiques sur France Inter > VIDEO

Sombre dimanche mais pour qui ? Jean-Luc Mélenchon était interrogé par Roselyne Febvre, Marc Fauvelle et Thierry Borsa. Parmi les sujets abordés(l'alliance au premier tour du PCF  avec le PS à Paris dès le premier tour des municipales...), Jean-Luc a estimé que "la confusion était à son comble à la tête de l'État" avec l'affaire Leonarda.


J.-L. Mélenchon à "Tous politiques" le 20/10/2013 par lepartidegauche

Note précédente : Jean-Luc Mélenchon "J’ai le cœur en cendres après le vote des militants communistes parisiens"

Note suivante :  Pierre LAURENT : "Est-ce que j'ai une tête à quitter le Front de Gauche ? VIDEO

23:34 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

L’homme du désordre. François Delapierre

cmdstopVallsexpulsionss.jpgIl aurait suffi que Manuel Valls dise qu’interpeler une collégienne en pleine sortie scolaire était une faute. Il aurait suffi qu’il admette que c’est un trouble à l’ordre républicain que de demander à un enseignant de se transformer en auxiliaire d’une expulsion pour faire quitter le territoire national à un enfant qu’il est chargé d’éduquer. Mais Valls a fait un autre choix. Reprenant une technique qu’il réitère chaque semaine, il s’est livré à une énième provocation dans l’attente de nouvelles retombées sondagières. Cette fois ci ce fut déclarer qu’interpeller une collégienne devant sa classe était agir avec humanité. Rarement le pouvoir aura à ce point dénaturé le sens des mots, un procédé qui conduit à empêcher toute discussion démocratique. Ce que Valls n’avait pas prévu, c’est que l’indignation ferait descendre des lycéens dans la rue. Un voyant rouge s’est immédiatement allumé à l’Elysée. La mobilisation lycéenne est la hantise de Hollande comme de nombreux gouvernants. Dans les palais ministériels circule ce dicton : les lycéens, c’est comme du dentifrice, c’est facile de les faire sortir mais beaucoup plus difficile de les faire rentrer.

Hollande a donc dû intervenir. Ou plus exactement faire du bruit avec sa bouche. Dans un raccourci saisissant de la crise de la Cinquième République, nous vîmes le spectacle surréaliste d’un monarque républicain accordant à titre personnel le droit de séjour à une jeune fille, au mépris de toute loi, et d’un chef impuissant refusant de désavouer son ministre de l’intérieur en acceptant le retour de la famille. Petit grain de poussière dans la machine à broyer, Leonarda se vit sommée de choisir entre sa famille et son avenir. Une cruauté que de plusieurs conventions internationales ont pour mission d’interdire. Mais Hollande n’agissait pas en chef de l’Etat français, comptable de ses engagements internationaux et soucieux de l’image du pays dans le monde. Il est resté le Hollande des synthèses piégées, ruses à trois balles et autres coups tordus. Sauf qu’il ne s’agit pas d’un Congrès du PS. Il s’agit d’êtres humains et de la France, et loin de contenter tout le monde ces méthodes écœurantes mettent chacun en rage.

Faisons donc le bilan. Une jeune fille brisée, sommée de réagir en direct à l’intervention télévisée d’un chef d’Etat : rappelons qu’elle n’a que quinze ans. Une campagne aux relents xénophobes qui après avoir expliqué que les Roms refusent de s’intégrer présente ceux qui vont à l’école comme des usurpateurs et des menteurs. Un président de la République obligé de se mêler d’une intervention de police dans un bus scolaire. Une nouvelle crise politique dans la majorité au pouvoir. Est-ce cela l’ordre ? Non bien sûr, ce que nous avons vu la semaine dernière, c’est un complet désordre. C’est le désordre du libre-échange qui pousse à l’exil et détruit les vies. C’est le désordre de l’austérité qui empêche un traitement humain des étrangers et un examen rapide des demandes d’asile. C’est le désordre sécuritaire qui se nourrit de chacun de ses échecs. Cette semaine, le désordre avait un nom, Manuel Valls. Ce dernier est pourtant le ministre en charge du maintien de l’ordre. Nous sommes vraiment dans un moment où les mots ne veulent plus rien dire.

François Delapierre, Secrétaire national du Parti de Gauche

10:42 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

20/10/2013

Jean-Luc Mélenchon "J’ai le cœur en cendres après le vote des militants communistes parisiens"

coeurencendres.jpgCrédit photo Loïc Bertrand Jean-Luc Mélenchon Fête de l'Huma 2009 à Montpellier

Jean-Luc Mélenchon, coprésident du Parti de gauche, n'a pas caché sa déception dimanche après que les communistes parisiens ont préféré l'alliance avec le PS à celle avec le Front de gauche pour les municipales à Paris, mais assuré qu'il s'agissait d'une "exception"

 Invité de "Tous Politiques" sur France Inter, le leader du Front de Gauche a dit son amertume. "J'ai le coeur en cendres de voir ça, (...) je vais mesurer les dégâts", "c'est très douloureux et ça va être très coûteux pour nous", a reconnu l'ancien candidat à la présidentielle.

Mais Paris "c'est l'exception", a-t-il ajouté, "dans la majorité des cas, dans tout le pays, les communistes restent fidèles au Front de gauche et souvent c'est eux qui l'animent. Ils seront en tête des listes du Front de gauche dans tout le pays".

Ré-écouter l'émission

Note sur le même sujet :

MUNICIPALES Paris: Il y aura une liste Front de Gauche. Danielle Simonnet

22:46 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

Jean-Luc Mélenchon en Lozère : Battez-vous ! FR3 Languedoc-Roussillon


J.-L. Mélenchon interrogé sur France 3... par lepartidegauche J.-L. Mélenchon interrogé sur France 3... par lepartidegauche

21:58 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

19/10/2013

Entre figue et miel (2). Jean-Luc Mélenchon

JLMloicBertrand.jpgcrédit photo Loïc Bertand Trois jours dans le sud-ouest, d’une réunion à l’autre, sans oublier les « points de presse ». On roule beaucoup dans ce genre de tournée. Mais où est-on ? Sous nos yeux le présent du moment, de l’ici et maintenant. Sur l’écran du téléphone les brefs messages de plusieurs points du territoire où se joue l’action qui m’implique. Je vois le viaduc de Millau pendant que se joue la riposte pour faire valser Valls. J’en fais un bref récit.

Rodez d’abord. Mille personnes à la réunion. Nous en attendions avec optimisme quatre cent ! Puis Mende. Après une rencontre avec le collectif contre l’exploitation des gaz de schiste, je réponds depuis la salle en duplex à France 3. Puis on ouvre les portes de la salle. trois cent cinquante personnes y sont entrées ! Pour les cent quatre-vingt-quatre places assises de la salle communale Urbain V, c’était trop. Assis par terre et dans les couloirs on s’est serré comme on a pu pour y tenir tous. Et on sonorisait aussi le parvis. Le lendemain me voilà, à une heure et demie de route, dans Saint-Georges de Luzençon, à côté de Millau. Nous faisons le buffet des « meneurs d’opinion » au lieu-dit, magique, « Château de Verghonac » ! Le GPS s’affole et nous demande de faire demi-tour ou bien de rouler à travers champs. « Tournez à droite, tournez à droite ». Quelle erreur si on le faisait : on tomberait dans le fossé ! Le Château est à un jet de pierre de l’usine Lactalis qui produit le Lou Pérac, fromage que vous connaissez.

Puis de là, hop, on roule encore une heure et demie, cette fois ci vers Béziers ! Là, une cinquantaine de camarades me font l’escorte. On va au point de presse où je viens soutenir la liste du Front de Gauche uni contre ce petit naze de Robert Menard.

Lire la suite

10:28 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

18/10/2013

VALLS bientôt aussi populaire que Pétain ?

vallscaricature.jpg

LA GOUTTE D'EAU QUI FAIT DÉBORDER LE VALLS ?

L'expulsion de Leonarda, jeune collégienne kosovare de 15 ans alors qu'elle participait à une sortie scolaire, soulève un flot d'indignation jusque dans les rangs du PS et au sein du gouvernement. Manuel Valls n'a que la froideur des circulaires administratives à la bouche, obsédé par son sinistre concours statistique avec ses prédécesseurs de droite à qui expulsera le plus d'étrangers. A Paris, quatre cent lycéens ont manifesté devant le rectorat contre l'expulsion d'un des leurs vers l'Arménie. Un sentiment d'écœurement se répand dans toute la gauche. A trop en faire, le ministre de l'intérieur va-t-il provoquer un sursaut de révolte à commencer par la jeunesse ? Nous verrons ce qui va se passer dans les prochains jours alors que les lycéens parisiens appellent de nouveau à manifester ce vendredi 18 octobre.

VALLS DÉMISSION ! Éric Coquerel

Après l’expulsion de la petite Léonarda et de sa famille avant-hier dans le Doubs, le Ministre de l’intérieur a justifié cet acte ignoble dans un communiqué. Le préfet n’est donc pas seul en cause mais met en oeuvre les consignes données par son ministre.

Trop c’est trop.

Le Parti de Gauche exige la démission de Manuel Valls, ministre indigne de la République.

12:53 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

Les 7 grévistes de la faim de PSA en sont aujourd’hui à leur 30ème jour. Laurence Sauvage

Appels aux élu-es, salarié-es du public et du privé, associations et militants de gauche

manif-psa-manifpsa20.jpgCrédit photo photosdegauche.fr (stef.burlot)  

Pour autant, ni le gouvernement, ni la direction de PSA ne bougent le petit doigt pour mettre fin à cette situation. Aucune négociation n’a pu aboutir et aucune autre n’est prévue. Aucun des ministres, de Sapin à Moscovici, de Montebourg à Taubira, n’ont pris la peine de répondre à leurs 17 courriers appelant au secours.

Les salariés ne lâcheront pas. Ils sont déterminés à faire respecter le jugement émis en juillet 2013, qui condamnait la direction de PSA a des dommages et intérêts pour harcèlement et entrave à pouvoir exercer leurs mandats syndicaux en toute liberté.

Les 7 salariés sont entrés dans une véritable lutte de classe, le pot de fer contre le pot de terre et leur résistance n’a pas de limite. Les communiqués du collectif de médecins qui viennent quotidiennement sur le piquet de grève est terrible :

«Déclaration des médecins :

Après 28 jours de grève de la faim, une personne ne peut être qu’affaiblie, notamment sur le plan de ses défenses immunitaires. Aussi la moindre infection, le moindre traumatisme survenant dans ces conditions peut avoir des conséquences graves sur le plan médical.C’est pourquoi nous appellons les grévistes et ceux qui les soutiennent,la direction de Peugeot et les autorités de l’Etat à aboutir dans les jours qui viennent à un accord qui respecte les droits et la dignité des grévistes et permette de mettre fin à cette grève. Nous espérons vivement que rien d’irréversible sur la santé de ces grévistes n’arrive d’ici là mais personne devant cette situation fragilisant des êtres humains ne peut prédire ce qui peut survenir.Nous tenions à tous vous avertir de cette situation; chaque jour qui passe aggrave le risque.

Au nom du collectif de médecins accompagnant les grévistes de la faim."

Demain soir, jeudi 17 Octobre, le Parti de Gauche appel les élu-es, l’ensemble des salariés du public et du privé, les associations, et militants de gauche à un large un rassemblement qui se tiendra à 18 hrs devant le pole tertiaire de PSA boulevard de l’Europe à Poissy,.

Tous ensemble, faisons bouger les lignes !

Laurence Sauvage, Secrétaire nationale aux Luttes sociales

10:24 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

Avant de partir à Rodez (1). Jean-Luc Mélenchon

Copie de frabelletrebelle.jpgCrédit photo Loïc Bertrand. Jean-Luc Mélenchon à Lézan, Gard 2011.

J'ai bouclé ma valise. Je pars de Rodez à Montpellier, en passant par Mende. Avant de partir, je boucle aussi ce post. Il est court, car je dois tout faire en même temps : mon bagage, et que sais-je encore qui concerne ma vie personnelle, même si elle est réduite à fort peu de choses depuis déjà quelques temps. La comédie à Brignoles est achevée. L'élection, pour la seconde fois, d'un conseiller général d'extrême droite dans ce canton, va finir de monopoliser les écrans, les unes de journaux, les heures d'information en continu. Le franchissement qui s'est opéré à cette occasion n'est pas celui qu'on croit. Un processus vient d'aboutir. C'est celui de la banalisation du FN. Elle sera désormais générale. Elle arrive après celle de Mme Le Pen elle-même, puis celle de ses idées.

Celles-ci sont dorénavant reprises aussi bien par l'essentiel de l'encadrement UMP du sud du pays que par Manuel Valls, avec l'approbation du chef de l'État. La destruction des campements des Roms, les rafles, l'arrestation des enfants en pleine sortie scolaire, ce n'est pas seulement une digue qui a sauté ! C’est dorénavant un affluent impétueux qui vient nourrir le fleuve principal !

Tenir bon face à la force de l'ombre qui avance ./..

Lire la suite


À suivre... (2).

07:49 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

17/10/2013

Sauvons le rail ! Désobéissons à l’Europe ! Laurence Pache et Bastien Lachaud

Le projet de loi de réforme ferroviaire a été présenté au conseil des ministres aujourd’hui. Loin de refonder la SNCF en fusionnant RFF et la SNCF, le projet du ministre Cuvillier crée une troisième entité et aggrave la situation. Le gouvernement entend, une fois de plus, obéir au diktat de la Commission européenne dans le cadre du 4ème paquet ferroviaire qui prévoit l’ouverture de toutes les lignes, même régionales, à la concurrence en 2019 et favoriser l’ouverture des réseaux à la concurrence en maintenant la séparation entre opérateur et gestionnaire du réseau. Malgré le tour de passe passe qui consiste à nommer la nouvelle entité SNCF personne ne peut être dupe de la manoeuvre. Ainsi, loin d’être abolie, l’Autorité de Régulation des Activités Ferroviaires (ARAF), gendarme de l’application du dogme de la concurrence libre et non faussée, voit son rôle renforcé, et le statut des cheminots attaqué !

SNCF_RAIL_Train.jpgCette réforme ne règle aucun des problèmes mis en évidence lors des évènements tragiques tel celui de Brétigny. Les usagers et les personnels devront continuer à subir la dégradation de la qualité du service public… Ce gouvernement continue à faire l’autruche pour satisfaire aux exigences de la troïka européenne.

Pourtant, une autre politique du rail est possible. Pour le Parti de Gauche, il faut rompre avec la suppression des lignes, le cloisonnement par activité, les réductions d’effectifs, le recours à la sous-traitance, la politique de filialisation, la déshumanisation des gares et des trains pour aller vers la construction d’un système unique et réellement intégré reliant la roue et le rail, basé sur la mutualisation des moyens au service de toutes les activités : bref, notre pays a besoin d’un véritable service public, libéré de la concurrence afin de maintenir et rouvrir de nombreuses liaisons locales.

Pour le mettre en oeuvre, il faut commencer par refuser d’appliquer les directives de libéralisation, désobéir aux ordres de la Commission européenne et rompre avec les traités européens. C’est pourquoi le Parti de Gauche, par la voix de son eurodéputé Jean-Luc Mélenchon, votera contre le 4ème paquet et appelle tous les eurodéputés attachés au service public du rail à faire de même.

Le Parti de Gauche - Laurence Pache et Bastien Lachaud

18:30 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

16/10/2013

Étudiants et personnels de l’université de Montpellier entrent en résistance.S.Gugliemi, D.Guiraud

Manif-etudiants-Montpellier-AFP_image-gauche.jpgCe mardi 15 octobre, l’université de Montpellier a définitivement plongé dans l’austérité. Mais elle entre aussi en résistance. Lors de son Assemblée Générale, les étudiants et les personnels sont en effet rentrés en grève pour contester les retombées infernales du programme d’austérité voulu par le parti solférinien. Cela se traduit par l’annonce de fermeture d’une antenne universitaire entière à Bézier – les étudiants et personnels seront priés d’arrêter leurs études ou de faire le trajet jusqu’à Montpellier -, le gels des emplois… Le mouvement prend de l’ampleur. De 400 il y a deux semaines, les étudiants et personnels étaient 800 à la dernière Assemblée Générale.

Face à cela, La ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, Geneviève Fioraso, manie la langue de bois avec une rare habileté. Elle prétend ainsi que la faillite budgétaire n’est pas due à la politique nationale mais à une mauvaise gestion locale, celle de la présidente de l’université, Anne Fraisse. Mais c’est sans compter le courage de cette dernière qui a révélé publiquement ses appels au secours répétés de l’université de Montpellier et le mutisme de la ministre. Son action permet de lever le voile sur le désastre programmé des universités françaises et l’inertie de la ministre. Non, la faillite des universités n’est pas un enjeu local. Sinon pourquoi partout en France les actes de résistances et les Assemblées Générales se multiplient (Sorbonne, Rennes, Toulouse, Le Mans…) ? Pourquoi 15 universités sont en déficit budgétaire ? Pourquoi plus de la moitié ont un fond de roulement en dessous des 30 jours nécessaires ?

Universite_Montoellier.jpgLa malhonnêteté du gouvernement solférinien n’a donc aucune limite. Pensait-il vraiment qu’en faisant passer en force la loi Fioraso durant l’été, qui prolonge la loi LRU « plus grande fierté » de Nicolas Sarkozy, il n’y aurait aucune conséquence sur l’enseignement supérieur et la recherche (ESR) ? Cela ne peut pas être que de l’incompétence. C’est du mensonge. Les universités françaises sont réduites à l’état de marchandise depuis les traités européens de Bologne et de Lisbonne. Or, pour les technocrates vautours de la commission européenne, une marchandise est sacrifiable dès lors qu’il faut absolument réduire les dépenses publiques. Le cocktail vampirisme européen – servilité française risque d’être difficile à avaler pour les étudiants et les personnels universitaires français. A moins qu’il n’explose avant d’être servi.

La France est suffisamment riche pour sortir de cette impasse. C’est une question de juste répartition des richesses. Le parti de Gauche soutient les luttes menées à Montpellier et dans toutes les universités françaises. Il mènera le combat politique autour du retrait des lois LRU et Fioraso et sera aux côtés des étudiants et des personnels qui résistent à l’austérité déclinée aux universités.

La mobilisation à Montpellier en direct sur la page Facebook : L’université Montpellier III passe à l’austérité, mobilisons-nous !

universitepaulvalery.png

19:01 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

À Montpellier, le Front de gauche passe la vitesse supérieure pour les municipales

Montpellier : le Front de gauche monte en puissance pour les municipales Yannick Povillon, Midi-Libre

 
roger-moncharmont-muriel-ressiguier-et-francis-viguie_704763_510x255.jpg
Roger Moncharmont, Muriel Ressiguier et Francis Viguié. (D. R.)

On ne connaît pas encore la tête de liste ni le projet, puisque "tout se décidera avec les citoyens, le milieu associatif". 

Le Front de gauche sera présent au premier tour des élections municipales à Montpellier, le 23 mars 2014. On ne connaît pas encore la tête de liste ni le projet. "Tout se décidera avec les citoyens, le milieu associatif". Le PCF, le Parti de gauche, la Gauche anticapitaliste et la Fase sont main dans la main pour constituer "une alternative au PS", précise l’actuel conseiller municipal d’opposition Francis Viguié.

Gestion des transports, de l’eau, choix de la métropole... les sujets de divergence sont nombreux pour ceux qui ont choisi d’aller à la rencontre des citoyens.

Jeudi, à l’école Léo Mallet de Celleneuve qui a perdu une classe, le Front de gauche échangera avec les parents d’élèves.

Il sera, samedi, au marché Tastavin et, courant novembre, auprès des animateurs des conseils consultatifs des quartiers... "Notre message est qu’il n’y a pas de fatalité, les gens ont le choix pour l’avenir de leur ville", assure Muriel Ressiguier. "Veulent-ils Montpellier à l’image de Port-Marianne, à plus de 4 000 € le m2 ?" L’enjeu : c’est "le programme. Nous sommes peut-être à la veille d’un recul de civilisation."

D’ici la fin du mois de novembre, les premiers grands axes de la campagne et les principales personnalités qui participeront à la liste seront dévoilés.

08:10 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |