Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog


15/01/2014

Nos voeux 2014 : Face à la droite et à l’extrême droite, le social-libéralisme n’est pas la solution

oeillets_R-Blang.jpgLe gouvernement a terminé l’année en apothéose le 31 décembre : décret autorisant l’ouverture le dimanche des magasins de bricolage, décret réduisant les exigences environnementales pour ouvrir ou agrandir une porcherie, et appel du parquet contre la relaxe des 5 militants CGT de Roanne !

Le lendemain, François Hollande présentait des vœux en assumant ouvertement son coming out libéral : attaques contre l’Etat et annonces de la poursuite de la baisse des dépenses publiques, engagement à baisser les cotisations sociales payées par les entreprises, charges contre « les abus et excès » de la Sécurité Sociale et plus un mot pour les classes populaires, pas un mot sur la solidarité. Même Jean-Pierre Raffarin a trouvé ces vœux « relativement à droite » !

On avait effectivement l’impression d’une mauvaise reprise des éléments de langage des gouvernements précédents. Pierre Gattaz, président du Medef s’est évidemment empressé de rebondir en demandant toujours plus : plus de baisses d’impôts et de cotisations, mais aussi plus de casse du droit du travail. François Hollande veut aussi supprimer « les contraintes » : plus d’accords entre des partenaires sociaux mais une charte d’engagement ; un pacte de responsabilité avec les entreprises en réponse à la demande du Medef d’un pacte de confiance mais surtout pas de contreparties exigées, et pour finir la volonté d’utiliser ordonnances et décrets. Comme cela, finis les débats publics et les députés de son parti qui osent débattre et amender les lois.

Mais le plus surprenant est le silence de tous ceux qui, au sein du PS et d’EELV, appelaient le gouvernement à changer de cap. Ce n’est pas vraiment ce changement-là qu’ils appelaient de leurs vœux ! Au moins les masques sont tombés. Nous savons qu’à chaque fois que la social-démocratie a choisi un tel chemin libéral, cela s’est terminé par des régressions sociales massives et le retour de la droite : Angleterre avec Blair, Allemagne avec Schroeder, Espagne avec Zapatero, Italie, Portugal. De nos jours pèsent en plus la menace de l’extrême-droite avec ses déclarations xénophobes et racistes et la volonté de semer la confusion en banalisant les propos racistes et antisémites.

Aussi, le seul positionnement qui peut aujourd’hui mobiliser toutes celles et ceux qui ont voté pour chasser Sarkozy n’est pas d’appeler au rassemblement d’une gauche qui n’a plus de gauche que le nom, c’est au contraire de s’affirmer réellement comme la seule option à gauche. Nous n’avons jamais été dans la majorité gouvernementale. Mais aujourd’hui nous devons dire clairement que nous sommes dans l’opposition à ce gouvernement. Mais une opposition de gauche.

Les tâches de la rentrée sont donc claires : soutien à tous les travailleurs qui se battent contre les patrons voyous et contre ce gouvernement qui préfère les patrons aux salariés, mobilisations contre la hausse de la TVA, participation massive à la manifestation du 22 février contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, solidarité avec nos camarades tunisiens ainsi qu’avec les femmes espagnoles en lutte contre l’obscurantisme religieux quel qu’il soit.

Meilleurs vœux de lutte !

Martine Billard, Co-Présidente du Parti de Gauche


06:56 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

11/01/2014

Politis : Des Dalton contre Dassault

DaltonSenat.jpglogopolitis.jpgPhoto:FlorenceTricoire/Politis Le collectif Sauvons les riches s’est rassemblé ce matin devant le Palais du Luxembourg. Il protestait contre le vote du bureau du Sénat qui a refusé de lever l’immunité parlementaire de Serge Dassault. 

« Arrête ton char Dassault  », « Honte  », « Liberté, égalité, opacité  ». Un petit groupe déguisé en Dalton et équipé de pancartes s’est installé sur le trottoir de la rue de Vaugirard, face à l’entrée du Sénat, usant, comme à son habitude, d’un ironie mordante. Le collectif Sauvons les riches est venu faire une haie d’honneur aux sénateurs qui ont « courageusement voté contre la levée d’immunité de Serge Dassault  », explique Julien Bayou, membre du collectif et conseiller régional EELV en Ile-de-France. Pourquoi avoir imité les habits des célèbres malfrats de Lucky Luke ? « Parce que le Sénat est devenu un point de chute plus accueillant que la tôle  », s’exclame le militant.

Soupçonné d’achat de votes, de corruption, de blanchiment et d’abus de biens sociaux, l’ancien maire de Corbeil-Essonnes avait écrit aux membres du bureau du Sénat en se présentant comme « l’ancien doyen du Sénat, grand officier de la légion d’Honneur  » et en leur assurant que les mesures de « coercition  » n’étaient pas obligatoire puisqu’il se mettrait à l’entière disposition de la justice. Il a manifestement été entendu, même à gauche, puisque deux sénateurs de la majorité dont on ne connaît pas encore l’identité ont voté l’un contre la levée de son immunité, tandis que l’autre s’abstenait.

Lire la suite

09:03 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

Éric Coquerel : « Marquer le coup sur un sujet décisif pour l’avenir de l’autre gauche : sa stratégie »

logoRegardsfr.jpgÉric Coquerel, secrétaire national aux relations unitaires du Parti de gauche, évoque les tensions avec le PCF au sein du Parti de la gauche européenne et la stratégie de lutte contre une social-démocratie devenue le « pilier du néolibéralisme ».

ericcoqurelgrabels2012.jpg

Éric Coquerel à la Fête de la République de Grabels (34) 22.09.2012 DR

Regards.fr. Lors du récent Congrès de Parti de la gauche européenne, le Parti de gauche (PG) a décidé de « suspendre » sa participation à cette instance internationale. Pourquoi cette décision ?

Éric Coquerel. Nous avons abordé ce congrès avec l’ambition d’influer sur trois axes : la rupture plus claire avec l’UE, l’écosocialisme et la confrontation assumée avec la social-démocratie. Nous avons bien avancé sur les deux premiers, tant dans la résolution finale que par l’adoption de la motion sur l’écosocialisme. L’élection d’Alexis Tsipras comme candidat à la présidence de la Commission européenne face à Martin Schultz marque aussi, évidemment, une volonté d’affronter le libéralisme de droite comme de gauche. Il restait la question de la présidence. Nous avions prévenu que la candidature de Pierre Laurent posait problème en raison justement de sa décision, pour les municipales, de mettre sur le même plan listes autonomes et alliance avec le PS.

Lire la suite

08:21 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

VIDÉO : Qu’est-ce qui se cache derrière le Grand Marché Transatlantique ?

lateledegauche.jpgAtelier de lecture contre le Grand Marché Transatlantique


Qu'est-ce qui se cache derrière le Grand Marché... par lepartidegauche

Note précédente : La télé de Gauche : Le Grand Marché Transtlantique ( vidéo part 1)

07:39 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

09/01/2014

Sénat : L'Ancien Régime monte à l'assaut pour sauvegarder ses privilèges

Dassault-rafale-.jpg

Une fois de plus le Sénat vote l’impunité pour Serge Dassault

Le Sénat vient pour la deuxième fois de refuser de lever l’immunité parlementaire de Serge Dassault, pourtant demandée par les juges et approuvée cette fois-ci par le parquet.

La justice souhaite pouvoir l’entendre dans le cadre d’une enquête sur des achats présumés de votes, corruption, blanchiment et abus de biens sociaux à Corbeil. Le scrutin municipal avait été annulé en 2008, le Conseil d’Etat considérant qu’il était avéré que des dons d’argent aux électeurs avaient été effectués.

Après la décision du parquet de faire appel de la relaxe des 5 militants CGT de Roanne, le vote du Sénat institue le deux poids, deux mesures : syndicalistes, vous êtes condamnés, puissant sénateur vendeur d’armes vous n’avez pas de compte à rendre à la justice

Ce rejet de la levée de l’immunité ne peut venir que de la défaillance d’un élu se disant de gauche. La droite, quant à elle, a voté unanimement pour l’impunité de son copain. Qu’elle ne vienne pas demain se plaindre du rejet de la classe politique par les citoyens, ni de la montée du vote FN.

Ceux qui ont fait ce choix sont aujourd’hui la honte de notre République.

Martine Billard, co Présidente du Parti de Gauche

 


19:05 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

06/01/2014

Ça (re)commence mal

JLMloicBertrand.jpgJe dicte ce post comme une carte postale, après celles que j'ai déjà envoyées depuis le 15 décembre. C’était alors mon départ de France. Et mon entrée en campagne contre la multinationale pétrolière Chevron, qui a déclaré la guerre au gouvernement progressiste de l'Équateur. Puis je suis sorti de Quito pour aller à Bogota, en Colombie, pendant quatre jours. Mon intention était de compléter, par quelques rencontres, la connaissance politique d'un pays qui est un pion central dans la stratégie des Nord-américains dans le cône sud.lozano-320x180.jpgPHOTO : Avec mon camarade Carlos Lozano, observateur crucial du processus de paix en Colombie

À vrai dire, je voulais aussi avoir des contacts directs, qui me permettent de maîtriser davantage que j'ai eu l'occasion de le faire dans un passé récent, le thème de la violence armée dans le combat politique. Les hasards de mon époque et de mon engagement m'ont conduit à plusieurs reprises aux frontières de cette réalité et au cœur des débats qui l'entouraient. On s'étonnera peut-être de m'y voir revenir. Mais, à mes yeux, dans la tâche de reconstruction idéologique et stratégique qui nous occupe à cette heure, depuis l'effondrement de la social-démocratie après celui du communisme d'État, je crois que le devoir d'analyse du passé ne doit laisser de côté l'examen d'aucune stratégie. Aussi bien, la violence est de retour, sous bien des formes aiguës, et je ne crois pas un instant qu’elle soit promise à reculer dans les années qui viennent. De ce bref séjour, je ne raconte qu’une rencontre. C'est que la matière est encore bien brûlante et ses protagonistes très exposés. Je ne vous apprends rien en vous disant que j’ai aussi été un actif représentant du « Manifeste pour l’écosocialisme » au fil de mes rencontres, autant en Equateur qu’en Colombie. Ces petits pas individuels vont bientôt se rejoindre au plan mondial, si nos affaires vont aussi bien que nous l’apercevons en ce moment sur ce plan.

Lire la suite

19:46 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | |

Ils avaient de grandes questions... La philo aussi "Vidéo JLM France 5"

VIDEO : JLM à l'émission Grandes questions sur France 5


J-L Mélenchon aux " Grandes Questions" sur... par lepartidegauche

19:44 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

02/01/2014

Le Front de Gauche : Une ligne d’autonomie pour construire une alternative à gauche

regionales-2011-fdg-59-62-20090730 127.jpg
Crédit photo photosdegauche.fr (paul_heems)

Ces derniers jours les questions fusent de toute part : le Parti de Gauche veut-il rompre avec le Front de Gauche ? Il est pour le moins paradoxal que nous soyons interpellés sur ce sujet alors que dès l’origine nous nous sommes battus pour l’autonomie du FdG au premier tour des municipales.

Redonner espoir à toutes celles et ceux qui veulent une alternative à gauche, à ceux qui rejettent les politiques menées par ce gouvernement et se détournent de la politique, voilà l’objectif que nous poursuivons dans chaque élection. Ainsi le FdG a-t-il présenté des listes aux européennes de 2009, dans la grande majorité des régions aux régionales, des candidats aux cantonales, aux législatives et bien évidemment Jean-Luc Mélenchon à la présidentielle. C’est cette autonomie qui a permis qu’à côté de la soumission au libéralisme, existe une ligne forte de transformation écologique et sociale. C’est cette affirmation d’une stratégie constante d’autonomie liée à un soutien sans faille aux luttes sociales, environnementales et pour l’égalité des droits qui a permis de reconstruire de la confiance et d’entraîner 4 millions d’électeurs à la présidentielle. Lorsque le FdG a dénoncé le ralliement de François Hollande au diktat des politiques d’austérité, il en a unanimement tiré les conséquences en refusant d’aller au gouvernement.

C’est cette cohérence entre le discours politique et les actes qui est fondamentale pour rester crédible. C’est ainsi qu’on évitera la montée continue de l’abstention et du vote FN. Se ranger derrière le PS peut apparaître moins risqué pour avoir des élus à court terme, et encore, mais sur le moyen et long terme cela crée une situation de dépendance. Le PS l’a si bien compris que dans nombre de villes, il réduit déjà le nombre de places jugées éligibles qu’il propose aux communistes qui font ce choix. Oui, il y a des villes significatives dans ces municipales, comme le dit Luc Carvounas, député-maire d’Alfortville et responsable des élections pour le PS : «Que les communistes acceptent de soutenir le maire sortant, qui est un proche de Manuel Valls, c’est un symbole». De même que Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, ait joué de tout son poids pour que les communistes de Paris votent pour aller sur la liste du PS à Paris, n’est pas anodin. Nous regrettons ces décisions et espérons qu’au final il y ait plus de listes du Front de Gauche avec le PCF que de villes où il choisira de se ranger derrière le PS. Nous ne pouvons pas faire comme si tout cela n’existait pas car on ne peut pas changer de stratégie selon les élections et se plaindre ensuite que les électeurs ne nous suivent pas.

Des sections du PCF ont fait le choix du FdG dans plusieurs villes comme à Marseille, Lyon, Tarbes, Pau, Nice, Strasbourg, Lille, etc. Nous nous en réjouissons et sommes partie prenante de ces listes avec tous nos partenaires. Nous sommes bien sûr conscients des tensions et crispations que ces divergences engendrent. Des milliers de citoyens sont attachés à l’existence du Front de Gauche, ancré dans la réalité politique de notre pays et qui puisse constituer un pôle de résistance face à la déferlante libérale. Nous sommes convaincus que les élections qui viennent démontreront que l’autonomie est la seule démarche possible pour un Front de Gauche qui continue à ne rien lâcher face à la droite, l’extrême-droite et le social-libéralisme.

Martine Billard
Co-Présidente du Parti de Gauche

09:06 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | |

01/01/2014

Réaction aux vœux du Président

francois-hollande-voeux-2014.jpg

La devise de l’année 2013 pourrait être « champagne pour le CAC 40, gueule de bois pour les Français ». Pour 2014, les intentions exprimées par François Hollande lors de ses vœux sont claires : continuer d’arroser les puissants et de maltraiter le peuple.

Le président nous a resservi un pot-pourri des poncifs néolibéraux qu’il a appliqués cette année : baisse du coût du travail, réduction des dépenses publiques, remise en cause insidieuse de la protection sociale, alignement sur Madame Merkel… L’échec de cette politique éclate pourtant avec le niveau record du chômage. Mais ce président éternellement satisfait l’est surtout de lui-même.

Nous voilà prévenus, les partisans de l’austérité nous annoncent une année de combat contre le peuple et contre l’environnement.

Faisons en plutôt l’année de la victoire du peuple contre l’austérité. Les urnes nous donnent l’occasion de sanctionner deux fois les austéritaires : en mars aux municipales et en mai aux européennes. C’est le seul espoir raisonnable que l’année prochaine soit meilleure que la précédente.

François Delapierre

logoPGnat.jpg

20:13 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

Le gouvernement continue de nous bricoler "le travail dominical pour tous"

stopledimanche.jpg

Le gouvernement n’inverse toujours pas la courbe des cadeaux aux entreprises

Décidément ce gouvernement continue de marcher dans les pas du précédent. Sous Sarkozy c’est l’ouverture illégale du centre commercial Plan de Campagne près de Marseille qui avait amené le gouvernement à autoriser nombre de commerces à ouvrir le dimanche. Les magasins de bricolage qui n’avaient pas été concernés par la loi ont compris la leçon. Ils ont donc eux aussi ouverts illégalement. Dans un ultime pied de nez aux salariés pour 2013, le Premier Ministre vient de signer un décret qui leur donne raison contre les syndicats qui défendaient le droit au repos dominical.

Dès aujourd’hui et pour 18 mois, les « établissements de commerce de détail du bricolage [seront inscrits] sur la liste des catégories d’établissements pouvant déroger au droit au repos dominical ».
Dans sa précipitation à témoigner son allégeance au Medef, le gouvernement pousse ainsi le cynisme jusqu’à rendre la mesure effective avant même que soit ouvertes les négociations entre partenaires sociaux pour discuter des conditions d’ouverture pour les salariés. Jean-Marc Ayrault considère sans doute que les salariés doivent être inféodés à leur patron autant qu’il l’est à Pierre Gattaz…

L’année 2013 avait commencé par le vote de l’ANI, s’était poursuivie par le report du départ en retraite, et se termine par les atteintes au repos du dimanche. Pourquoi les patrons se gêneraient-ils puisqu’ils obtiennent a chaque fois ce qu’ils veulent ? Ce gouvernement mène une politique dans la droite ligne de tous les idéologues libéraux. La solution ? Utiliser les échéances électorales de 2014 pour le sanctionner et voter clairement pour les listes du Front de Gauche qui proposent une politique antilibérale.

Martine Billard, Co-Présidente du Parti de Gauche

20:01 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

31/12/2013

ZIK&DAN'S : De Bretagne et d'ailleurs, nous sommes ensemble > Faites du bruit !

PLANTEC, Celtic Music, Fest-noz, Yaouank 2012, No chistrou (TD loudéac)

Startijenn au Festival Yaouank pour la sortie de "Kreiz da Fas" - nouvel album - devant plus de 7000 personnes au MuzikHall à Rennes (35), le 20 nov. 2010 - le plus grand fest-noz de Bretagne.

Tangi Oillo: guitare - Youn Roue: bombarde - Tangi Le Gall-Carré: accordéon diatonique - Kaou Gwenn: percussions - Konogan An Habask: biniou, bombarde, uielleann-pipe - Charles Lucas: Basse. www.startijenn.com

Extrait du concert diffusé sur les TV TNT Bretonnes en Déc.2010, Jan.2011 - Coproduction: Bleu Iroise Arsenal - TV Rennes 35 - Tébéo - TyTélé - Skeudenn Bro Roazhon.

 anim134x134.gif

15:09 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

30/12/2013

Au revoir 2013 : Les archives du blog du PG 34 sont ICI

LogoPG34.jpg


Au revoir 2013 : Les archives du blog du PG 34 sont

ICI

logo_etoile--Converti-.jpg

12:31 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

La télé de Gauche : Quelle République pour réaliser "les jours heureux" ?

lateledegauche.jpgDébat sur l'héritage du CNR et la République entre E. Coquerel et N. Dupont-Aignan


Débat après une projection du film "Les Jours heureux" de Gilles Perret, sur le thème: « Quelle nouvelle République pour réaliser de nouveaux "Jours heureux" ? », le 26 novembre 2013, au cinéma Espace Saint-Michel (Paris, Ve), entre Eric Coquerel, secrétaire national du Parti de gauche, et Nicolas Dupont-Aignan, député et président de Debout la République.

12:17 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | |

La télé de Gauche : Le Grand Marché Transtlantique ( vidéo part 1)

lateledegauche.jpg


Formation Grand Marché Transatlantique : Partie 1 par lepartidegauche

12:06 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

27/12/2013

La baisse du chômage n’était pas dans la hotte du Père Noël

akiletour.jpgOn se demandait ce que le Père François comptait mettre dans sa hotte de Noel. On le sait ce soir : un communiqué du ministère du travail qui annonce fièrement que « l’inversion de la courbe du chomage est donc bel et bien engagée en ce quatrième trimestre de 2013 ».

Ainsi donc le gouvernement se réjouit que le chômage augmente moins vite en cette fin d’année qu’à son début ! A défaut de faire baisser le chômage, il aura au moins réussi à enrichir la langue française ! Au regard des sacrifices imposés à la quasi totalité de la population français – pouvoir d’achat en berne, baisse des dépenses publics, augmentation injuste des impôts à commencer par la TVA, recul de l’âge de départ en retraite – ce résultat est plutôt digne du père Fouettard. Il démontre l’inefficacité de la politique de l’offre.

Car la réalité ce mois de novembre a vu repartir à la hausse le nombre de chômeurs sans aucune activité soit 17 000 en plus qu’en octobre. Depuis l’élection de François Hollande on en compte 391 000 de plus dans cette catégorie A soit 725 par jour. Ce n’est pas mieux si l’on prend le chiffre toute catégorie avec 553 000 demandeurs d’emplois supplémentaires soit 1025 par jour.

Autres chiffres inquiétants : on compte de plus en plus de demandeurs d’emplois de longue durée soit + 0,4 % en novembre et +13,4 % sur un an. Enfin l’explosion des chômeurs de plus de 50 ans (+1,3 % en novembre soit +11,7% en un an pour augmentation brute de 5,9%) dit bien la stupidité d’une réforme de la retraite qui va contraindre un nombre grandissant de travailleurs en fin d’activité à chômer des années de plus avec un revenu dérisoire tout en augmentant les déficits des comptes sociaux.

Le chômage n’est pas soluble dans les vœux pieux d’un réveillon. Les faits sont en effet têtus. Ils disent le mensonge d’un pouvoir dont la politique d’austérité et de l’offre pénalise l’activité économique du pays. L’explosion des plans sociaux (+14 % par rapport à la même période il y a un an) est malheureusement un indicateur plus performant que la propagande du gouvernement.

2013 a été une année horribilis sur le front de l’emploi. Pour espérer que 2014 soit autre, il faut désormais s’opposer clairement à cette politique suicidaire au nom du partage des richesses et de la relance d’une activité socialement utile et écologiquement soutenable. Les électeurs auront deux fois l’occasion de le dire : aux municipales et aux européennes en votant à chaque fois pour les listes autonomes du Front de Gauche.

Martine Billard coprésidente du Parti de Gauche, Eric Coquerel secrétaire national

12:25 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |