Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog


18/03/2012

Mélenchon lance une grande marche festive vers la Bastille

Mélenchon lance une grande marche festive vers la Bastille
 
Ak6NiWnCQAEgm_P.jpgJean-Luc Mélenchon, à la hausse dans les sondages (9-11%), a prévu de "reprendre la Bastille" ce dimanche pour une grande marche de la VIe République "sociale, laïque et écologique", façon de montrer la force populaire du Front de gauche à cinq semaines du premier tour.

Le candidat du FG à l’Elysée doit prononcer son discours vers 17h00 devant l’Opéra Bastille, après une marche qui se veut festive depuis la place de la Nation.

An9mOK2CMAExeNW.jpgPour lui, ce dimanche à la Bastille, place symbole de la Révolution française, doit marquer le début de "l’insurrection civique", l’occasion de populariser sa "VIe République sociale, laïque et écologique", lui qui s’imagine en "dernier président de la Ve".

"On est en train de gagner la bataille idéologique" dans cette campagne, veut croire son entourage, après les propositions de François Hollande de taxer à 75% les très riches et de Nicolas Sarkozy sur les exilés fiscaux. "Je triomphe !", se réjouit même l’intéressé.

elephant.jpgEn début du cortège qui démarrera à 14h00, l’éléphant en carton des salariés en lutte de Fralib ouvrira la marche.

Quelque 30.000 sympathisants, appelés à venir en tenue de travail avec pancartes de revendications, sont attendus ce 18 mars, date anniversaire du début du soulèvement de la Commune de Paris de 1871.

8rikb5.jpegAu programme notamment, concerts dans des camions de La Chanson du dimanche ou de Ridan sur la scène principale.

120 tonnes de matériel devaient être livrés sur place à l’aube : 5.000 ballons rouges, 10.000 affiches et 500.000 autocollants "Vite la VIe République", 200.000 autocollants "Prenez le pouvoir !", et une vingtaine de banderoles "Nous on peut !", "Place au peuple", "Révolution citoyenne" ou "Europe sociale".

Parmi les milliers de participants, sont annoncés des ouvriers venus aussi de Pétroplus, M-Real ou ArcelorMittal et des sympathisants venus de Grèce, de Belgique, du Venezuela ou de Palestine. Le syndicat Solidaires sera aussi présent à un point fixe le long du cortège.

mod-4750252.pngDeux cents cars et huit trains ont été mobilisés par les fédérations communistes pour faire converger vers la capitale les militants. Et plus de 200 journalistes se sont accrédités, d’après l’organisation qui s’appuie sur 900 bénévoles.

 

08:45 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

Elle va être belle notre place de la Bastille aujourd'hui !

Elle va être belle notre place de la aujourd'hui !

AoPvlIRCIAATuyN.jpgMaëlle Dubois

Charli d'Arguin Salut et Fraternité! Aujourd'hui 28 Ventôse de l'an 220 #18mars nous allons à #Bastille pour #insurection #placeaupeuple #placeaucollage

06:42 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

17/03/2012

Vivement dimanche ! Par François Delapierre

accueil1_505_150.jpg

Vivement dimanche ! Par François Delapierre La Cinquième République a commencé avec "je vous ai compris". Elle finit avec "j'ai compris".

241babar_preview.jpgLe meeting de Villepinte dimanche dernier a mis en scène un homme seul, pris dans une fuite en avant narcissique, au coeur d'un récit qui en fait l'unique sujet de la petite comme de la grande histoire. "Si le Président ne tient pas, c'est tout l'édifice qui menace de se fissurer. Il fallait tenir, encore, toujours, envers et contre tout" s'est justifié le candidat président avant de faire la liste des ennemis qu'il lui avait fallu affronter. Pas dupe la salle a sifflé et hué quand il le fallait, muette lors des quelques mises en cause des syndicats, les immigrés, les chômeurs.

Semaine après semaine, on voit la campagne de l'UMP construire un terrain commun avec l'extrême-droite. Jamais les différences n'ont été aussi ténues. Un à un les sujets de discorde ont été dépassés. Le FN est réputé à tort avoir renoncé à l'antisémitisme quand l'UMP a épousé pour de bon ses obsessions anti-musulmanes. Reste néamoins une divergence qui fait obstacle à leur alliance. C'est la question européenne. Celle-ci pourrait aussi se régler. Surtout si les faits s'en chargent. On en a vu les prémisses à Villepinte. Sarkozy y a répété que la France pouvait reprendre sa liberté et désobéir aux traités européens. Cela donne au passage raison au Front de Gauche ! Mais pourquoi un conservateur va-t'il défaire dans les têtes les camisoles du "on ne peut pas faire autrement" qu'il a lui-même fabriquées ? Il y a bien sûr un calcul électoral. Mais au-delà, clea peut aussi être l'anticipation d'une dislocation de l'euro puis de l'Union européenne elle-même. Ce scénario était hier impensable. Devant le premier défaut de la Grèce, l'annonce que l'Espagne ne tiendrait pas ses objectifs ou encore les incertitudes sur le referendum en Irlande, cleui-ci devient possible. Si cela se produit, les droites européennes pourraient revenir à un projet national traditionnel de compétition économique entre les Etats. Alors rien n'empêcherait l'UMP et le FN de gouverner ensemble. La Sixième République portée par le Front de Gauche n'est donc pas seulement en compétition avec la Cinquième en place. Elle est engagée dans une course de vitesse avec un régime finissant, aux traits déformés par l'agonie.

3807453554.jpgSi elle est réussie, la marche à laquelle le Front de Gauche appelle dimanche prochain pour la Sixième République aura donc une portée qui dépassera celle d'une campagne présidentielle. Elle sera la première étape d'un rassemblement populaire capable de faire front dans la crise du régime et d'y imposer, par la voie de la Constituante, une solution progressiste et pacifique. Ce sera un cortège revendicatif et festif. A cette heure, impossbile de savoir combien nous serons. Trente mille personnes, cela semble assuré. Davantage sans doute, mais à quelle hauteur ? La nouvelle circule vite et loin. On annonce des cars de Belgique, une délégation de la Réunion. On voit la poussée chez les jeunes, l'élargissement des milieux sociaux d'où proviennent nos soutiens. Partout remonte la même remarque : c'est plus encore qu'en 2005. C'est que Mélenchon fait une bonne campagne "analysent" les commentateurs. Tout compliment est bon à prendre ! Mais nous savons que cela exprime bien davantage. Nous sentons une force immense mûrir dans les profondeurs. Nous lui avons donné un nom avant même de la rencontrer : la révolution citoyenne. Dimanche sera le premier rendez-vous de cette insurrection civique dont le Front de Gauche est le catalyseur.1664927541_2.jpg

 

 François Delapierre

17:38 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

18 mars: Cortège et points de rendez-vous

bandeauplaceaupeuple.jpg

18 mars : Cortège et points de rendez-vous

1- carré de tête (CNC) et cortège Fralib : faubourg St Antoine, au coin avec la rue de picpus
2- fanfare n°1
3- PACA et Languedoc Roussillon : Faubourg St Antoine, au coin avec la rue des immeubles industriels
4- Camion sono n°1 :
5- 92 et postiers de Nanterre : à l’entrée du Faubourg St Antoine
6- Rhones-Alpes, Bourgogne, Franche-Comtée + cortège féminisme et cortège LGBT : place de la Nation, rue extérieur, entre le bd Diderot et le Faubourg St Antoine
7- 94 + cortège Migrant: place de la Nation, rue extérieur, entre bld Diderot av Dorian, mais plus proche du bd Diderot
8- Basse Normandie, Haute Normandie, Bretagne + Petroplus, M’Real, Paris-Normandie : faubourg St Antoine entre la rue intérieur et la rue extérieur de la place (plus proche de la rue extérieur)
9- Batucada + cortège Outres-Mer : faubourg St Antoine entre la rue intérieur et la rue extérieur de la place
10- 78 + cortège Education: place de la Nation, rue extérieur, entre Faubourg St Antoine et bd Voltaire
11- cortège Jeune et cortège précaire: place de la Nation, rue extérieur, à l’embranchement du bd Voltaire
12- 91+ cortège élus: place de la Nation, rue extérieur, entre bd voltaire et av Philippe Auguste
13- Camion théâtre + cortège culture, cortège intellectuel, cortège média : place de la Nation, rue extérieur, entre bd Diderot et Av Dorian, mais plus proche de l’av Dorian
14- Aquitaine, Midi-Pyrénées + cortège transport: place de la Nation, rue extérieur, entre av philippe Auguste et av de Bouvinnes
15- 75 + cortège Santé: place de la Nation, rue extérieur, entre l’av de Bouvinnes et av de Taillebourg
16- Champagne-Ardennes, Alsace, Lorraine, Belgique + cortège International: place de la Nation, rue extérieur, entre av Dorian et rue Fabre d’Eglantine
17- 77 + cortège économie sociale et solidaire: place de la Nation, rue intérieur,entre le faubourg st Antoine et le bd Voltaire
18- Nord pas de Calais, Picardie + cortège Justice: place de la Nation, rue intérieur, entre le faubourg st Antoine et bd Diderot
19- Camion matériel : place de la Nation, rue intérieur,entre le bd Diderot et av Dorian
20- Poitou-Charente, Pays de la Loire + ERDF : place de la Nation, rue intérieur, entre rue fabre d’eglantine et av Dorian
21- 95 : place de la Nation, rue intérieur, entre rue fabre d’eglantine et av Bel Air
22- fanfare : : place de la Nation, rue intérieur, entre bd voltaire et av philippe auguste
23- Centre, Auvergne, Limousin +cortège écologie et cortège agriculture: place de la Nation, rue intérieur, entre av Philippe Auguste et av de Bouvinnes
24- camion musique n°2 + 93 + cortège Logement : place de la Nation, rue intérieur, entre av de Bouvinnes et av Taillebourg

Télécharger le plan

3807453554.jpg

11:24 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

Avant l’assaut ! Cette fois-ci, c’est la bonne ? Par Jean-Luc Mélenchon

meeting-jean-luc-melenchon-front-gauche-clermont-ferrand-14-mars-2012-15-d34c0.jpg

Avant l’assaut ! Cette fois-ci, c’est la bonne ?
C
ette semaine a filé si vite, et la précédente n’allait pas moins vite. Le présent s’étale sur le futur et dilue le passé. Chaque jour je demande à plusieurs reprises quel jour on est. C’est ainsi, quand tout s’enchaîne sans aucune des pauses et repères qui organisent le quotidien le reste du temps. Les lignes qui suivent, quand les ai-je écrites ? Au fil des moments de pause, dans le train, entre deux rendez-vous. 3807453554.jpgCe sont mes brouillons de discours et mes moments de mise au point, selon le chapitre. Mais le décousu du récit m’enchante une fois le dernier sujet traité. Ces pages sont au fond mes meilleurs ancrages dans la campagne puisqu’elles me permettent de faire retour sur ce que j’y fais. Ceci fini, je me mets à la préparation de mon discours pour la (re)prise de la Bastille ce dimanche. Je sais que je marche vers un événement singulier, inédit, un accomplissement et un commencement. Un événement de campagne électorale et le début d’une nouvelle histoire, celle d’une insurrection civique.

A Clermont, André Chassaigne et moi, qui ne sommes plus trop novices, nous avions le souffle coupé par l’énormité de ce que nous avions sous les yeux. Près de 9000 personnes dans une salle qui semble monter ses gradins jusqu’au ciel. La plus grande réunion jamais tenue dans la région par la gauche, toute tendance confondue. Marie-Pierre Toubhans, la trentaine récente, prenant la parole la première, au nom de la Gauche Unitaire, a eu un baptême du feu devant une assemblée comme peu d’orateur et d’oratrice de gauche en connaissent dans leur vie militante. Elle fut magnifique, portée comme nous l’avons été tous les trois par cette fantastique communion populaire, en dépit de l’émotion qui étreint par force quiconque parle devant une telle assemblée. Non pas une foule, une assemblée, vive, réactive, prête à écouter avec une concentration incroyable qui facilite les exposés. Magique ! Paul en a fait un carnet de campagne. Lui aussi est un homme jeune dont c’est le premier contact avec cette réalité ressurgie des nappes profondes de la culture politique de notre pays. Dans l’histoire qui s’écrit avec nous, je ne perds jamais de vue le rôle de passeur qui revient à ma génération, impatient que je suis de les voir reprendre le chantier qui faillit rester en ruines, ou dans la honte dont la capitulation de Papandréou est le symbole.

Mon exposé portait pour l’essentiel sur la présentation du sens de la planification écologique. Je vous renvoie au texte dès qu’il sera transcrit, et à la vidéo déjà disponible pour connaître la nouveauté que ce discours contient.Il s’agit de la mise en lien entre cette version de la planification et le règlement de la dette écologique. C’est dans ce contexte que j’ai présenté l’idée de la « règle verte ». Je propose qu’elle soit introduite dans la Constitution. Il en sera question bientôt de nouveau de bien des façons puisque l’idée est centrale pour la cohérence du projet de planification écologique.

Le lendemain j’étais à Marseille au Forum alternatif de l’eau. Mais ma visite sur place a commencé au port. Tout d’abord dans les locaux du syndicat CGT des dockers. Puis elle s’est prolongée par quelques pas sur le port et une rencontre avec les « portuaires », une réunion avec les syndicats des divers métiers impliqués dans l’activité maritime. De tout cela il faut retenir le caractère historique au sens plein et entier du terme ! D’une part parce que l’invitation dans chacun des lieux que je viens de nommer est sans précédent de très longue date. Ensuite parce que, à chaque halte, la convergence entre le programme « L'Humain d’abord » et les plateformes revendicatives éclatait sous les yeux de chacun. Enfin parce que chacun était tranquillement dans son rôle. Les syndicalistes en présentant leurs combats, moi en expliquant ce que nous attendons de chaque profession impliquée dans le cadre de la réalisation du programme. L’autre événement est que tous aient dit publiquement qu’ils soutenaient ma candidature comme candidature des travailleurs. Dit comme cela !

Il se crée dans le petit monde médiatique une danse singulière à mon propos. Depuis que la même semaine les sondages m’ont placé à la hausse pendant que mon adversaire de droite

et mon concurrent de gauche me plagiaient, j’ai vu beaucoup de commentaires vrombir autour de moi, comme un essaim qui s’énerve. Il y a la haine de classe pur jus, à la sauce de « l’Express », le journal du dessinateur Plantu le boursier du Qatar.

Lire la suite

11:22 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

L’insurrection démocratique par Patrick Le Hyaric

visuelbastillearticle_1.jpg

L’insurrection démocratique par Patrick Le Hyaric « L’étendue du possible est en quelque sorte sous nos yeux ». Ces paroles d’espérance de Victor Hugo résonnent auprès de la multitude de celles et ceux qui commencent à subvertir les scénarios pré-écrits par l’alliance des défenseurs de l’ordre établi. Dans toute l’Europe, se lèvent, sous différentes formes, des mobilisations citoyennes contre le talon de fer de l’austérité. La campagne électorale se mène au rythme des actions des salariés pour défendre leur entreprise, le travail, la vie économique de leur commune. Ils contraignent souvent le pouvoir et les propriétaires d’entreprises à maintenir l’activité, même s’il faudra bien sûr être très vigilant au-delà de l’actuel moment électoral. Les succès des rassemblements du Front de Gauche partout, notamment ceux avec Jean-Luc Mélenchon, sont l’autre donnée marquante d’une situation recélant de réelles potentialités. Celui-ci vient d’ailleurs de franchir le cap symbolique des 10% d’intentions de vote dans deux enquêtes, alors que F. Hollande est en situation de battre nettement M. Sarkozy au second tour.

Nombreux sont celles et ceux, parfois tentés par l’abstention, qui retrouvent confiance et espoir dans leurs capacités à influer par leur vote sur des choix politiques qui vont conditionner leur vie quotidienne et celle de leurs proches. Libérés de l’angoisse de voir l’extrême-droite figurer au second tour, constatant que Jean-Luc Mélenchon lui fait non seulement baisser les yeux mais aussi perdre des électeurs. Beaucoup, dans les quartiers populaires notamment, s’apprêtent à utiliser le vote Jean-Luc Mélenchon comme une arme efficace pour se faire entendre.

Ainsi, à une quarantaine de jours du premier tour de l’élection présidentielle, se créent des conditions nouvelles pour que, sans risque quant à l’issue du scrutin, l’expression des convictions les plus transformatrices devienne l’acte le plus utile pour donner à la victoire de la gauche un contenu qui fasse baisser pavillon au monde de la finance. C’est bien là une nécessité pour faire face partout à la profondeur des crises multiformes qui assaillent nos concitoyens. Une nécessité pour en finir avec la droite extrême et l’extrême-droite qui n’ont de cesse de diviser le peuple pour mieux le dominer ; de déchirer le pacte républicain et progressiste issu du Conseil National de la Résistance et de pousser à la dévalorisation de notre pays que les élites et l’oligarchie livrent pieds et poings liés à la finance internationale et à l’OTAN. Nos concitoyens qui refusent les mensonges sarkozystes et rejettent son ultralibéralisme sont majoritairement à la recherche d’une voie permettant un changement possible malgré un système institutionnel antidémocratique poussant à la bipolarisation. C’est cela que le peuple tente de subvertir en faisant irruption dans la campagne. Il se place dans une posture de résistance. Ce mot crié à l’unisson par des foules déterminées dans les meetings de Jean-Luc Mélenchon et de Pierre Laurent.

Lire la suite

11:05 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

Rejoignez la Révolution Citoyenne

bandeauplaceaupeuple.jpg

Rejoignez la Révolution Citoyenne

bastillebonnet.jpgLa Révolution Citoyenne est en marche. Nous sommes de plus en plus nombreux à se mobiliser : écouter, comprendre, débattre, diffuser… Continuons ensemble l’insurrection civique.


Rejoignez la Révolution Citoyenne par PlaceauPeuple

08:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

16/03/2012

Prades le Lez 34 : VIème République, apéritif citoyen le 18 mars

Prades le Lez 34 : VIème République, apéritif citoyen le 18 mars

Pour celles et ceux qui ne seront pas à Paris, nous organisons un apéritif républicain Place du marché à 12h00

Affiche Prades 18 mars.JPG

10:58 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

René REVOL (PG) Maire de Grabels (34) prend un arrêté anti-expulsions

René REVOL (PG) Maire de Grabels (34) prend un arrêté anti-expulsionslogoMLCOM.jpg

 Grabels Un sanctuaire pour locataires en difficulté JEAN-PIERRE LACAN

grabels-sanctuaire-pour-locataires-en-difficulte_371485_510x255.jpg
Jusqu’à présent je tentais de trouver des solutions en amont mais nos moyens sont limités. J’ai donc décidé de prendre cet arrêté pour interpeller le préfet" déclare René Revol. (© D.R)
 
Il a déclaré sa commune "zone de protection des locataires en difficulté économique". Il invite ensuite les services de l’État et les services sociaux de sa ville à examiner toutes les procédures d’expulsion locative pour mettre en place "une proposition alternative de relogement". Il dispose enfin qu’en l’absence d’un tel rapprochement, "toute expulsion fondée sur des raisons économiques (...) est interdite" sur le territoire communal. Bref, avec cet arrêté, pris le 13 mars, aux dernières heures de la trêve hivernale, le premier magistrat de Grabels savait qu’on parlerait de lui...

Proche de Jean-Luc Mélenchon

Plus exactement, qu’on parlerait de ce "rocher de Sisyphe" qu’est, pour tous les maires de France, la précarité face au logement. Non pas que cette précarité soit plus importante à Grabels qu’ailleurs. René Revol l’avoue : dans ce gros bourg de 6 000 habitants aux portes de Montpellier, il n’a guère que trois familles expulsables cette année mais pour cet élu, proche de Jean-Luc Mélenchon, c’est trois de trop.

"Jusqu’à présent je tentais de trouver des solutions en amont mais nos moyens sont limités. J’ai donc décidé de prendre cet arrêté pour interpeller le préfet. La loi Dalo désigne l’État comme garant du droit au logement. Il faut qu’il assume", martèle-t-il.

Ouvrir le débat

René Revol sait bien que son arrêté a toutes les chances d’être balayé par le juge mais qu’importe... l’essentiel, pour lui, est d’ouvrir le débat, de fédérer les maires pour imposer un moratoire des expulsions "le temps de trouver une solution pour locataire et propriétaire".

"Le comble, dit-il, c’est que beaucoup d’expulsables sont des gens qui payent régulièrement leurs loyers. Il suffit que le propriétaire mette en vente où qu’il récupère le logement pour lui ou les siens et c’est la catastrophe. Le parc locatif privé est devenu inaccessible pour beaucoup"... Quant aux logements sociaux, la lecture du préambule de la “Charte pour la promotion d’un habitat social abordable et de qualité “publiée le mois dernier par l’Union régionale des HLM est édifiante : il y a 55 000 demandes de logement non satisfaites en Languedoc-Roussillon dont 35 000 dans l’Hérault.

Moratoire

Sur le moratoire réclamé le maire de Grabels, une réponse vient d’être donnée par le ministre délégué au logement : c’est non car cela "déresponsabiliserait" les locataires.

Du côté de la préfecture de l’Hérault on fait remarquer que les expulsions ne sont prononcées "qu’en dernier recours" après examen par une commission qui propose "des mesures d’accompagnement dans le logement adaptées". En 2010 en France, 11 670 locataires avaient été délogés par la force publique dont 229 dans l’Hérault.

Lire aussi :  Nouvel Obs Reprise des expulsions : "la trêve hivernale doit être permanente"

09:53 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | |

15/03/2012

Le New York Times critique la campagne "nauséabonde" de Nicolas Sarkozy

Le New York Times critique la campagne "nauséabonde" de Nicolas Sarkozy

RTBFinfo.jpg Le New York Times condamne jeudi la "pêche aux voix d'extrême droite" de Nicolas Sarkozy, jugeant que la campagne qu'il mène pour sa réélection devient "désespérée et nauséabonde", au surlendemain d'un éditorial au vitriol du Wall Street Journal.

 
logoPG34.jpg

16:10 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

Discours de Jean-Luc Mélenchon à Clermont-Ferrand + Résumé et photos du meeting

meeting-jean-luc-melenchon-front-gauche-clermont-ferrand-14-mars-2012-12-b4c77.jpg

Discours de Jean-Luc Mélenchon à Clermont-Ferrand


Discours de Jean-Luc Mélenchon à Clermont-Ferrand par PlaceauPeuple

f0212dd4-fee3-4ff8-9016-8f3a775de4ca_normal.png  Résumé et photos du meeting de Jean-Luc Mélenchon à Clermont-Ferrand par Cyberbougnat

Note précédente : Direct : Meeting Front de gauche ce soir mercredi à Clermont-Ferrand

09:54 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

14/03/2012

Direct : Meeting Front de gauche ce soir mercredi à Clermont-Ferrand

Direct : Meeting Front de gauche ce soir mercredi  à Clermont-Ferrand

Mercredi 14 mars, le Front de gauche est en meeting en Auvergne. Dès 18h30, retrouvez le candidat en direct depuis le Zénith d’Auvergne à Clermont-Ferrand.


Direct : Meeting Front de Gauche de... par PlaceauPeuple

f0212dd4-fee3-4ff8-9016-8f3a775de4ca_normal.pngCyberbougnat @Cyberbougnat

Il est attendu Mélenchon !  

12-03-portrait-natha-3207_normal.jpgNathanaël Uhl @nathanaeluhl retour de la régie de : la salle est pleine +du monde dehors  

Du monde à ; ça commence bientôt !

An93x7RCMAAkkBq.jpg

LogoPGnat2A_normal.jpgLiveshow Meting de Clermont-Ferrand c'est CHAUD comme la braise au moins 8500 personnes !

9782221126462_normal.jpg Lilian Alemagna @lilianalemagna

fait le plein à Clermont. carton plein de Chassaigne qui célebre le Cantal et les couteaux de Thiers!

 

LogoPGnat2A_normal.jpg J-L MELENCHON c maintenant! Liveshow Clermont-Ferrand,c'est CHAUD comme la braise!

 #Auvergne #placeaupeuple 10500 spectateurs dailymotion !

20:22 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

BASTILLE 18 mars : au moins 900 militants bénévoles mobilisés

visuelbastillearticle_1.jpg

humanite2010_logo.gif18 mars, reprenons la Bastille, J-4. Chargé de l'organisation de la marche du Front de gauche ce dimanche à Paris, entre Nation et la Bastille, Emmanuel Bompard tient la chronique de la préparation de ce temps fort de la campagne présidentielle pour Humanite.fr. Aujourd'hui: la mobilisation des militants.

« L'organisation du 18 mars implique une très grande implication d'un grand nombre de militants qui restent souvent dans l'ombre. L'une des forces du Front de gauche réside dans la forte mobilisation de nos militants bénévoles pour permettre la très large participation populaire lors de nos rendez-vous de campagne. Car contrairement aux autres partis et à leur candidat, nous ne voulons pas de meetings organisés comme des shows où les gens viennent en spectateurs, presque en consommateurs. Nous souhaitons au contraire que les participants à nos rendez-vous de campagne se projettent eux-mêmes dans la campagne et en deviennent acteur en se l'appropriant.

D'où la distribution de 5000 kits militants sur le parcours de la marche du 18 mars, pour que ceux qui vont défiler aient ensuite tout le nécessaire –tracts, affiches, autocollants- pour poursuivre, relayer et amplifier la campagne du Front de gauche.

Des militants seront aussi le long du parcours pour distribuer le programme partagé du Front de gauche qui s'est déjà vendu à 400.000 exemplaires. Cela permettra aux gens intéressés, qui viennent pour la première fois sur nos rendez-vous de campagne, de lire dans le détail toutes nos propositions et de les faire partager.

Lire la suite

17:49 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

Retour sur la prise de la Bastille : « non, Sire, c’est une révolution ».

Retour sur la prise de la Bastille : « non, Sire, c’est une révolution »

H_P_Perrault_Prise_de_la_Bastille_painted_1928.jpg

 

GU.jpgLe 18 mars, le Front de Gauche reprend la Bastille! C’est l’occasion de revenir sur la journée du 14 juillet 1789, dont les évènements furent maintes fois moqués, dénoncés, falsifiés ou banalisés par les intellectuels de droite, de Chateaubriand à François Furet. Une vieille forteresse, presque pas défendue, quasiment vide, les premiers massacres commis par une populace déchaînée…

D’abord, revenons sur les faits. Jusqu’au début de juillet 1789, deux processus parallèles se déroulent. D’une part, la révolution « en droit » pour reprendre l’expression d’Albert Soboul, marquée par le serment du jeu du paume (20 juin), le refus des députés du Tiers de se disperser sur injonction royale (23 juin) et la proclamation de l’assemblée nationale constituante (9 juillet). D’autre part, le mouvement populaire provoqué par la crise économique, agricole et commerciale. La prise de la Bastille correspond au moment où les revendications économiques du peuple de Paris sur la cherté du pain et l’insuffisance de l’approvisionnement se doublent de revendications politiques. En effet, la monarchie et la noblesse n’ont pas désarmé : 20 000 soldats se concentrent autour de Paris et de Versailles. La volonté des partisans de l’ancien monde d’écraser la révolution dans l’œuf par la terreur militaire est évidente. Marat déclare le 1er juillet : « Leur objet est la dissolution de notre assemblée nationale, leur unique moyen est la guerre civile ». Le souvenir de la révolution batave aux Pays-Bas réprimée par une intervention militaire prussienne, avec le soutien tacite de Louis XVI, deux ans auparavant demeure vivace. Le 11 juillet, le roi forme un ministère ouvertement contre-révolutionnaire. Le 12, les troupes du Royal-Allemand chargent les manifestants dans les jardins des Tuileries. Camille Desmoulins dénonce à juste titre la préparation d’une « Saint-Barthélémy des patriotes ».

Lire la suite

16:42 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

Mélenchon privé de trains pour prendre la Bastille ?

Mélenchon privé de trains pour prendre la Bastille ?

libé.jpgPar LILIAN ALEMAGNA

Pour sa «reprise» de la Bastille ce dimanche, Jean-Luc Mélenchon compte sur un débarquement massif de troupes Front de gauche venues de toute la France. Problème : si le covoiturage s’organise et des centaines de cars sont déjà prêts pour convoyer des milliers de sympathisants jusqu’à la place de la Nation d’où partira sa «marche pour la VIe République», le staff du candidat galère avec la SNCF… «On a de grosses difficultés, confirme-t-on à l’Usine, le siège de Mélenchon. Les tarifs qu’on nous propose pour des trains spéciaux sont au-delà de ce que les militants peuvent payer. Par exemple, pour un aller-retour Marseille-Paris, le tarif c’est 130 euros.» A titre de comparaison, pour un Nice-Paris, les militants UMP venus dimanche à Villepinte pour le meeting de Nicolas Sarkozy ont payé… 10 euros. «Nous, nous sommes sur des dispositifs autofinancés», dit-on chez Mélenchon. Comprendre : aucun parti du Front de gauche ne peut couvrir les frais pour chaque militant. Samedi sur Canal+, Mélenchon a prévenu le patron de la SNCF, Guillaume Pépy : «S’il empêche nos trains de partir, ça va chauffer.»

TOUS à LA BASTILLE le 18 MARS ! Celles et ceux qui souhaitent se rendre à Paris doivent prendre contact avec la Fédé du PCF 34 qui affrète des cars (téléphoner au 04 67 47 97 00).3807453554.jpg

13:06 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |