Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog


04/03/2015

SOUVENEZ-VOUS ENCORE : La GAUCHE, enfin ! (30.11.2008)

JerejoinslePG.gifJerejoinslePG.gifLancement réussi ! Le meeting de lancement du Parti de Gauche s'est tenu samedi 29 novembre à l'Ile St Denis devant plus de 3000 personnes. C'est un énorme succès, surtout si l'on sait que cette initiative a été préparée en deux semaines. Ceci montre qu'il existe une attente profonde dans notre peuple pour un parti de gauche digne de ce nom. Les interventions très applaudies des fondateurs du Parti de Gauche ont permis de présenter l'ambition du PG, ses objectifs et ses principales orientations. La présence de plusieurs ambassadeurs et de représentants des partis de gauche latino-américains (Venezuela, Cuba, Chili, Bolivie) a rappelé la dimension internationale de notre combat. Nous avons eu la fierté et l'émotion d'entendre un message d'Evo Morales saluant la création du Parti de Gauche. Ou encore d'écouter les paroles du cinéaste Robert Guédiguian. De même, des dirigeants venus de toute la gauche étaient présents, démontrant qu'ils considèrent la naissance du PG comme une chance et non comme une concurrence. Les textes des interventions seront disponibles sur le site à partir de lundi et les vidéos à parti de mercredi. Vous pouvez y trouver déjà les premières photos du meeting. Visiter le site du PG

PG34. Lolo34

11:19 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

SOUVENEZ-VOUS: Le Parti de Gauche est en marche (22.11.2008)

L'appel Nous soutenons l’appel à la construction d’un nouveau parti de gauche lancé par Jean-Luc Mélenchon et Marc Dolez. En effet nous ne trouvons pas notre compte avec la gauche telle qu’elle est aujourd’hui. La crise du capitalisme éclate sous nos yeux. Mais la gauche n’apparaît pas comme une alternative. Elle échoue à s’opposer efficacement à la droite. Elle y renonce même parfois ! Dans plusieurs pays européens, les partis majoritaires à gauche gouvernent avec la droite. Nous ne voulons pas perdre notre temps et notre énergie à attendre qu’ils se ressaisissent. C’est maintenant qu’il faut agir pour un nouvel horizon pour le futur de l’Humanité. Rien de moins. C’est pourquoi la construction de ce nouveau parti de gauche est une bonne nouvelle. Tourner la page du capitalisme quand il nous replonge dans les débâcles qui ont déjà fait les désastres du passé, c’est si difficile. Mais c’est l’urgence ! Transformer le système et le contenu de la production pour éviter la catastrophe écologique qui s’avance, cela parait une tâche tellement hors de portée. Mais c’est vital ! Changer la répartition des richesses pour que le plus grand nombre vive enfin dignement, cela semble ardu. Mais pouvons-nous accepter l’enrichissement colossal d’une petite minorité pendant que la misère s’étend ? Refonder la République et redonner le pouvoir aux citoyens en toutes choses, c’est devenu presque utopique. Mais sinon quel moyen pour changer le monde ? Faire vivre une laïcité intransigeante, c’est désormais un engagement souvent vilipendé. Mais sans cela, quelle société laisserait-on s’imposer ? Construire une Europe enfin démocratique et sociale, cela heurte de front le Traité de Lisbonne ? Mais la solidarité des peuples vaut mieux que leur concurrence ! Tout cela il faut oser le vouloir, ici et maintenant, en faire un programme de gouvernement, un projet de rassemblement majoritaire de notre peuple. Pour cela il faut bousculer les conformismes, les opportunismes, les sectarismes, la résignation. Die Linke en Allemagne a montré que cette ambition pouvait faire son chemin. En France, nous le pouvons aussi. Nous savons de quelle magnifique et longue histoire nous pouvons être les héritiers. Nous pouvons reconstruire une gauche digne de ce nom, sans complexe face à la droite et au capitalisme. C’est pour cela que nous soutenons la création du nouveau parti de gauche. PG34

10:20 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

03/03/2015

COMMUNIQUE DU PARTI DE GAUCHE 34

COMMUNIQUÉ DE PRESSE DU PARTI DE GAUCHE 34

Montpellier le 3 mars 2015

Suite à la publication lundi 2 mars d’écrits sur un blog utilisant le logo du Parti de Gauche
34, sous la plume du dénommé Lolo 34, le PG 34 apporte les précisions suivantes :
Cette personne, dont nous tairons l’identité, qui avait ouvert dans le passé ce blog, se permet
d’usurper aujourd’hui le logo et le nom du Parti de gauche. Ce blog avait cessé son activité. Son
auteur ayant toujours refusé de fournir les codes pour le fermer, il le réveille aujourd’hui pour salir
l’image du PG et de l’un de ses militants René Revol.

- S’il ne cessait de suite ces agissements frauduleux, nous serions amenés à engager toutes
poursuites utiles.

- Le PG 34 réaffirme son attachement à la liberté de la presse ainsi qu’au droit pour tout élu
de se défendre s’il estime être diffamé ou injurié dans l’exercice de ses fonctions.
Le PG 34 souhaite qu’une solution de compromis soit trouvée dans les jours à venir.

Muriel Ressiguier et Joël Vezinhet, co-secrétaires départementaux du PG.34.

Bonsoir,

Je ne souhaite pas inutilement polémiquer avec les membres élus du Bureau départemental de l'Hérault quant au droit à l'information que nous nous devons mutuellement.

Je suspends toute parution de nouvelle note et je fermerai définitivement le blog du PG 34, dès après l'envoi de la dernière newsletter (délai de 24h).

Pour rappel ce blog a été créé dès avant la tenue du Congrès de fondation du Parti de Gauche à Limeil Brévannes.

C'est avec beaucoup de regrets et une certaine tristesse que je dois malheureusement envisager de rendre ma carte d'adhérent n°1764.

Salutations militantes de GAUCHE.

Lolo34

 

21:56 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | |

René REVOL vs MONTPELLIER JOURNAL : La médiation du Club de la Presse est possible par HERAULT TRIBUNE

2015-03-02_225958_VILLE-GRABELS-1.jpg

MONTPELLIER JOURNAL - René REVOL  - La Médiation du Cub de la Presse  est possible.

Communiqué de René REVOL

Fait à Grabels le 2 mars 2015

Suite au communiqué de presse publié par le Club de la Presse du Languedoc-Roussillon, ce lundi 2 mars 2015, je prends acte de la main tendue visant à proposer l’intervention d’un médiateur.

Considérant qu’il m’a été impossible d’utiliser mon droit de réponse, j’accepte la proposition du Club de la Presse. Je souhaite vivement que cette rencontre avec le médiateur s’organise dans les plus brefs délais afin de mettre un terme à cette affaire préjudiciable pour tous. Il est évident que ceci ne présage en rien des suites à donner à cet entretien.

Plus que jamais la liberté de la presse doit être défendue et je continue à affirmer haut et fort qu’informer n’est ni injurier ni encore diffamer.

René REVOL

Communiqué du Club de la Presse

Plainte contre Montpellier Journal
Une autre voie est possible

Vendredi 27 février, le maire (Parti de gauche) de Grabels, René Revol, a annoncé qu’il poursuivait le pure player Montpellier Journal pour diffamation suite à la diffusion d’un article intitulé « René Revol fait un beau cadeau foncier à un entrepreneur du bâtiment ».

Si la liberté d'informer n'empêche évidemment pas celle de se défendre, nul ne peut ignorer qu’une telle action est mortifère pour un média aussi fragile économiquement. Les simples frais de justice(*) constitueront une obstruction au travail de journaliste de son directeur de publication, Jacques-Olivier Teyssier, qui, rappelons-le, est présumé innocent.

Le Club de la Presse estime que d’autres voies sont possibles avant d’en arriver à une telle extrémité, comme le droit de réponse ou la conciliation, et propose l’intervention de son médiateur, Jacques Molénat. Montpellier journal a prévu une soirée de soutien samedi prochain, 7 mars, à l’Atelier du nord (29, rue St Étienne, quartier Figuerolles) à laquelle le Club de la Presse s’associe.

Depuis 2009, Montpellier Journal est la cible d’attaques inacceptables de la part de collectivités et d’institutions (Agglomération de Montpellier, Région et préfecture) : privation de communiqués de presse, « blacklisting », entrave par les policiers et les gendarmes, etc. A chaque fois, le Club de la Presse s’est mobilisé et a pu débloquer des situations. A ce jour, seul le préfet continue de refuser d’inviter Montpellier Journal aux conférences de presse et de lui envoyer les communiqués de presse.

Le Club de la Presse condamne avec la plus grande fermeté cet ostracisme d’un représentant de l’Etat qui constitue une entrave à la liberté de la presse et à son libre exercice.

(*) Le Club de la presse rappelle à ses adhérents qu’ils peuvent disposer d’une aide juridique via ses services, avec une première consultation gratuite et des tarifs négociés.

Club de la Presse
René REVOL - Maire de GRABELS (02-03-15)

* Donnant suite à ce communiqué :  Jacques Olivier TESSIER  ( Directeur de la publication de Montpellier Journal ) nous pris d'insérer ce 3 mars 2015 :

René Revol écrit : "Considérant qu’il m’a été impossible d’utiliser mon droit de réponse." Cette affirmation est mensongère pour la simple et bonne raison que René Revol n'a jamais adressé de droit de réponse à Montpellier journal.

Jacques-Olivier Teyssier, directeur de la publication de Montpellier journal.

Source : La Tribune de l'Hérault

Note précédente > LIBERTE de la PRESSE "numérique" : Soutien à MONTPELLIER JOURNAL en difficultés financières

11:02 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

LIBERTE de la PRESSE "numérique" : Soutien à MONTPELLIER JOURNAL en difficultés financières

SAMEDI 7 MARS : Le blog MONTPELLIER JOURNAL, journal indépendant et critique de Montpellier et sa "métropole créé en 2008, en difficultés financières, vous invite à participer à une soirée de soutien à l’Atelier du nord, 29, rue St Étienne, quartier Figuerolles à Montpellier, 16h à 22h.

Pour que vive le MEDIAPART local, venez nombreux !

Lolo34

Téléchargez le communiqué de presse de soutien du CLUB de la PRESSE de MONTPELLIER :

Communiqué de presse du 2 mars 2015 (pdf)

Lisez l'article de Annie Menras Rédactrice en chef et responsable de l'agence du quotidien l'Hérault du Jour (PCF) : La liberté d'informer ET le droit à se défendre du 25 février 2015

Et aussi :

HERAULT TRIBUNE : MONTPELLIER JOURNAL - René REVOL - La Médiation du Cub de la Presse est possible

 

06:09 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

20/02/2015

Malbouffe, environnement : La carte des FERMES USINES en FRANCE

CARTE DE L'INDUSTRIALISATION DE L'AGRICULTURE EN FRANCE

08:32 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

13/02/2015

Loi Macron : L’entreprise zone de non droit

macron_licenciements_travail.jpg

Valls l’avait promis : face à l’émoi suscité, jusque dans le PS, par la loi Macron et notamment l’extension du travail du dimanche, le Parlement pourrait « aménager » le texte. C’était d’autant plus nécessaire démocratiquement que cette réforme contredit l’engagement électoral de Hollande « de préserver le principe du repos dominical » (17 avril 2012, discours de Lille). Mais à l’issue de l’examen de la loi en Commission à l’Assemblée nationale, c’est très mal parti pour que le Parlement ait une quelconque souveraineté sur ce texte promis à Bruxelles.


Après avoir vanté le débat parlementaire, le gouvernement a tout fait pour l’étouffer. Notamment par la création d’une commission spéciale pour évincer les députés récalcitrants et par la réunion de ladite commission un dimanche. Sur le fond, aucun des aménagements miroités n’a été consenti. Le très polémique nombre de dimanches travaillés reste à 12. Les députés solfériniens présents en commission ayant visiblement oublié que le PS s’était engagé en décembre à le ramener à 7 ! Et Macron a balayé toute garantie d’une compensation salariale minimale. Exit le doublement garanti du salaire que même la proposition de loi UMP Maillié avait prévue !


Non seulement il n’y a donc aucune inflexion sociale mais la loi a même été aggravée en douce. Une protection renforcée du « secret des affaires » y a été introduite. Cela s’ajoute à l’infâme dépénalisation du délit d’entrave aux instances représentatives du personnel. De quoi conforter l’entreprise comme territoire obscur du non droit alors que la triche patronale représente déjà 90% de la fraude sociale. Et que l’heure est pourtant à la transparence totale dans tous les domaines.


Les premiers pas parlementaires de la loi Macron confirment que pour Hollande et Valls les promesses faites à Bruxelles comptent toujours plus que celles faites au Parlement et au peuple. Dans ces conditions, le débat public contradictoire et le débat parlementaire lui-même deviennent gênants. D’ailleurs Hollande aurait bien aimé étendre « l’union nationale » du terrorisme au terrain économique et social. Il ne s’en est pas caché lors de ses vœux aux partenaires sociaux le 19 janvier en prétendant transposer la mobilisation nationale contre le terrorisme pour soutenir son Pacte de responsabilité. Une tentative tuée dans l’œuf en trois jours avec l’échec fracassant des négociations nationales sur le dialogue social. N’en déplaise à Hollande, la lutte des classes existe.

Laurent Maffeïs

18:05 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

26/01/2015

SOLEIL GREC : Le programme de SYRIZA

syriza_logo.jpg

Programme Grec de Gouvernement
Ce que fera un gouvernement Syriza
18 décembre 2014
Transform! publie le programme de gouvernement de Syriza, dévoilé par Alexis Tsipras, le 15 septembre 2014, lors de la Foire Internationale de Salonique

LE CONTEXTE DE NÉGOCIATION
Nous exigeons la tenue immédiate d’élections parlementaires, ainsi qu’un mandat de négociation non équivoque, dans le but:
• D’annuler la majeure partie de la valeur nominale de la dette publique, de sorte qu’elle devienne viable dans le contexte d’une « Conférence sur la Dette Européenne ». Cela s’est produit pour l’Allemagne, en 1953. Cela peut également se produire pour le Sud de l’Europe, et pour la Grèce.
• D’inclure une « clause de croissance » dans le remboursement de la part restante, de façon à ce que la croissance, et non le budget, la finance.
• D’inclure un délai de carence significatif pour le paiement des intérêts de la dette, de façon à consacrer ces fonds à l’aide à la croissance.
• D’exclure l’investissement public des restrictions prévues par le Pacte de Croissance et de Stabilité.
• D’aboutir à un « New Deal Européen » d’investissement public, financé par la Banque Européenne d’Investissement.
• D’obtenir un assouplissement quantitatif de la part de la Banque Centrale Européenne, sous la forme d’achats directs d’obligations souveraines.
• Enfin, nous déclarons qu’en ce qui nous concerne, le sujet du prêt de guerre auquel la Banque de Grèce fut contrainte, lors de l’occupation Nazie, n’est pas clos. Nos partenaires le savent. Dès que nous serons au pouvoir, ceci deviendra la position officielle du pays.

Lire la suite

09:33 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

20/01/2015

Sécurité ou laïcité ? Par François Delapierre

Charlie_Forbach.jpg

Policièrement parlant, disons-le, les preneurs d’otages de Charlie Hebdo et de la supérette kasher de la Porte de Vincennes étaient des rigolos. Certes ils ont fait un carnage qui a remué le pays dans ses profondeurs. Mais le principe d’une prise d’otages est de sauver les preneurs d’otages. Et ils y laissèrent leur vie. On ne peut pas grand-chose contre des candidats au suicide.

C’est pourquoi la mise en cause des services de sécurité français n’a pas de sens. La réforme des renseignements généraux peut être montrée du doigt. C’est en effet un défaut de renseignement qui est en cause. Mais il faudrait pour cela critiquer l’austérité imposée à cette direction et contester les regroupements opérés au nom justement de la lutte anti-terroriste.

Les lois anti-terroristes ont cela de commun qu’elles ne visent pas à répondre à des faits mais qu’elles utilisent un état de l’opinion pour pousser leurs pions sécuritaires. Celles de Sarkozy comme de Le Pen ne font pas exception à la règle. Tout au contraire. Quand admettra-t-on que la prétendue guerre contre le terrorisme est un échec complet et que les logiques militaires ne peuvent servir de référent pour l’action publique ? Le discours de Hollande sur le porte-avions Charles de Gaulle ne laisse voir aucune inflexion par rapport au cours suivi sous Sarkozy.

La réponse à la manifestation du 11 janvier n’est donc pas à rechercher dans une cinquième loi sécuritaire anti-terroriste, depuis qu’Hollande est au pouvoir. Elle est dans la stricte application de la laïcité et de l’égalité des citoyens. Tel était le message de la manifestation du 11 janvier.

11:35 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

17/01/2015

Faire République de tout bois

Republ.jpg

101392446.jpgLa semaine écoulée constitue évidemment un moment historique. Face à des assassinats politiques de djihadistes, rien n’était écrit à l’avance. Nous étions en plein déferlement « Lepéno/Zémmourien ». Le matin même Houellebecq, invité spécial de France Inter, voyait crédibiliser sa fiction délirante : « La France, un État Islamiste ? Houellebecq l’anticipe seulement de 10 ans » a pu dire un auditeur sans aucune contrepartie d’un journaliste.

Lire la suite

14:07 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

Elsa Wolinski censurée par le service public de télévision

ELSA W52531.jpg

Communiqué du Front de gauche des médias

Le journal national de France 3 du jeudi 15 janvier a rendu compte des obsèques de Georges Wolinski et des autres victimes des assassins fanatisés. Mais le traitement de ces obsèques a été très différent d’une édition à l’autre.

A 12h30 la journaliste a réalisé une interview de l’une des filles du dessinateur de Charlie Hebdo, Elsa, dont elle qualifie le message « d’émouvant et de combatif ».
Elsa déclare en effet : « Restons unis, ne votons pas Le Pen ; restons unis (…) Soyons ensemble (…) Qu’on continue à être intelligents (…) Pas d’amalgame ; pas de haine. »

L’appel d’Elsa Wolinski à ne pas voter Le Pen a sans doute donné des boutons à la direction de l’information du service public.

Les éditions suivantes, 19/20 et Soir 3 ont purement et simplement ignoré cet appel et donné d’autres extraits de l’interview.

Quant à France 2, les deux éditions de 13h et de 20h ont ignoré, elles aussi, cet appel d’Elsa.

Décidément les engagements politiques des dessinateurs de Charlie Hebdo continuent à déranger. Même sur le service public.

A quand la prochaine intervention de Marine Le Pen pour venir cracher sur leurs tombes et en direct sur le service public ?

Source : L'Humanité.fr
 

12:53 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

16/01/2015

Coco : "Mon Titi, ça te ferait bien chier de nous voir là avec nos gueules ravagées"


Coco : "Mon Titi, ça te ferait bien chier de... par francetvinfo

La dessinatrice Coco, rescapée de la tuerie de "Charlie Hebdo", a prononcé un hommage poignant au dessinateur Tignous lors de ses obsèques, jeudi à Montreuil.

18:23 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

« Merci, camarade ! » - Hommage à Charb - J.-L Mélenchon


« Merci, camarade ! » - Hommage à Charb - J... par lepartidegauche

Hommage de Jean-Luc Mélenchon à Charb, le 16 janvier 2015, à l'invitation de la famille du défunt.

14:43 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

15/01/2015

Merci CHARLIE par Éric Coquerel

101392446.jpg

Le nouveau numéro de Charlie qui paraît ce mercredi est pour moi l’occasion, au delà du symbole planétaire qu’est devenu le #JeSuisCharlie, de revenir sur les huits jours écoulés. De revenir une semaine en arrière, ce mercredi 7 janvier, qui paraît déjà si loin tant les jours qui ont suivi ont pesé bien plus lourd que leur réalité calendaire. Ce mercredi là, en fin de matinée, à la lecture d’un premier tweet annonçant une attaque à l’arme automatique dans les locaux de Charlie, j’avoue quelques secondes avoir cru à une blague du journal. Un humour du type de la célèbre Une « bal tragique à Colombey : 1 mort » auto appliquée. Dans ma génération je ne crois pas être le seul. Quelques minutes plus tard, sans plus d’information que la confirmation de tirs et de probables victimes, j’avançais déjà vers le journal dont je suis voisin de quelques centaines de mètres. Ce qui prédominait alors ? Juste le besoin de me rapprocher des « miens », sans même trop savoir, à ce moment là, comment ce réflexe solidaire pouvait s’exprimer. La suite, le monde entier désormais la connaît. Sur place, à l’intérieur du cordon sécurisé, on a tenté à quelques-uns de se réconforter comme on pouvait en refusant les noms des victimes qui tombaient les uns après les autres. Non pas lui, pas eux…

B7LoGm5IAAAzBNm.jpg medium.jpg« Eux » ce sont donc ce 7 janvier encore les « nôtres ». Ils n’appartiennent pas encore à des millions de personnes dans le monde. Ils sont de notre famille, une gauche restée fidèle à elle-même, subversive et iconoclaste. Je sais, il y a eu plusieurs Charlie dans l’histoire. D’ailleurs, à notre image, Charlie n’a jamais été un. Et depuis le 7 janvier je n’ai de toutes façons pas envie de faire le tri. Charlie hebdo c’est dans les années 70 l’un de mes repères dans un engagement personnel plutôt alors d’essence libertaire. J’ai grandi politiquement avec lui, avec ses éditorialistes, Cavanna en tête, et ses dessinateurs comme avec Cabu, Wolinski ou Gébé. Pas toujours d’accord mais ce n’était pas le but recherché. S’il y avait, s’il y aura j’espère, une ligne directrice dans ce journal c’est bien le droit de contester et se moquer de tous les pouvoirs, y compris religieux quand ils redeviennent menaçants pour notre liberté de conscience si ce n’est de vivre. Une manière, comme chantait Ferré, de dire « avec un air anar, qu’y a du soleil sur la façade ». Contre tous les obscurantismes donc, d’où qu’ils viennent. Charlie c’est aussi beaucoup de camarades dont Charb parce que des rédac chef appuyant, poing si bien élevé, la candidature de Jean-Luc Mélenchon et le Front de Gauche il n’y en a pas tant que cela. Mercredi 7 janvier, en attaquant Charlie, « nous » avons eu ainsi la sensation profonde d’être nous-mêmes d’abord attaqués, comme le furent il y a quelques mois les dirigeants du Front Populaire Tunisien, avant que tout le peuple Français, ou presque, ne réagisse à l’unisson.

Depuis, je ne peux m’empêcher de penser que les morts de Charlie ont rendu un sacré service au pays même si on eut tant voulu qu’ils ne nous le rendent jamais. C’est parce qu’ils ont été les premières victimes que la pente prise a été fraternelle plutôt que haineuse. Bien sûr, la houle qui s’est mise en mouvement à cette occasion puise son énergie dans le caractère encore profondément républicain de notre pays, mais l’histoire et ses pulsions ne sont jamais écrites. En plein déferlement Lepéno/Zémourien, alors que le matin même Houellebecq invité spécial de France Inter voyait crédibiliser sa fiction délirante (« la France, un Etat Islamiste ? Houellebecq l’anticipe seulement de 10 ans » a pu dire un auditeur sans aucune contrepartie d’un journaliste), le profil des victimes a fait dévié la semaine dans la bonne direction. Profondément peinés, ce sont d’abord ceux qui partageaient l’humanisme de Charlie qui ont réagi et donné le là. Désireux d’alimenter la peur et le feu du choc des civilisations, les tueurs djihadistes, ou leurs commanditaires, se sont, du point de vue de leurs objectifs, profondément trompés. Le reste c’est la réalité de notre pays qui a fait dévier leur logique folle. Alors qu’ils voulaient trier leurs cibles, journalistes de Charlie, policiers, juifs en les distinguant du reste de la population, ils ont achevé Ahmed Merabet un policier de religion musulmane et vu dans l’hyper casher un malien, lui aussi musulman, Lassana Bathily, sauver plusieurs clients juifs en les cachant dans une chambre froide. Ce ne sont pas des petites histoire, c’est l’histoire de la France condensée en quelques jours qui fait que nous avons tous pu nous sentir dimanche si aisément à la fois journaliste très à gauche, flic et juif.

La suite sera difficile à n’en pas douter. Dès samedi, par l’entremise de plusieurs des chefs d’états invités par François Hollande, une partie du monde politico-médiatique a tenté de récupérer l’évènement : la France devrait enfin se rendre à l’évidence qu’elle est entrée pour de bon cette fois dans la guerre entre le monde démocratique et « occidental » contre la barbarie, le bien contre le mal, assimilant évidemment au mal tout ce qui n’est pas le paradis de l’OTAN, de l’Europe libérale et de la Troïka. On voit bien la suite, elle a commencé à apparaître : mardi à l’assemblée nationale, Manuel Valls s’est empressé de lier l’hommage des députés au vote de la poursuite du funeste engagement militaire de la France au Moyen-Orient. Une politique guerrière qui dans la lignée de celle engagée par les USA en Irak au début du troisième millénaire n’a fait que multiplier dans le monde les foyers intégristes. Bien peu Charlie dans l’esprit… Au nom de l’union sacrée, on nous demandera vite d’atténuer nos désaccords sur le libéralisme économique qui pourtant mine et déstructure notre société préparant le terreau terrible de la récession sur lequel poussent si bien les intégristes et fascistes de tous poil. L’extrême droite n’a pas cessé dans la période de vouloir diviser pareillement le, peuple de France en mettant un lien entre les trois tueurs et l’immigration. Dimanche cela n’a pas été la réponse de ce dernier dans une de ces journées d’émotion et d’éruption républicaine qui donne, depuis 1789, le caractère universaliste à notre pays. Pour être à la hauteur de cette sorte de Front du peuple, il faudrait revenir à plus de République, de démocratie, de laïcité, d’état social et d’égalité sociale. Ne nous y trompons pas, la lutte de ce point de vue ne fait que commencer. Mais les réactions du pays à ce qui vient de se passer sont au moins un point de gagné sur lequel s’appuyer. Merci Charlie.

Lien vers l’article original

12:49 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

13/01/2015

Mercredi 14.01.15 : CHARLIE EST EN PLACE

Charlie-Hebdo est dans la place en 16 langues, 3 millions d'exemplaires. Merde, va falloir faire la queue pour se marrer, s'agacer, grincer et s'abonner!

B7LoGm5IAAAzBNm.jpg medium.jpg

 

 

B6-LB5sIUAA9R-9.jpg large.jpg

Lolo34

 

18:45 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | |