Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog


18/09/2014

Je signe pour la 6e République

jesigne6replogo.png

Changez la Constitution pour rendre le pouvoir aux citoyens !

N’attendez pas les consignes !

Les initiateurs de notre mouvement sont ceux qui décident, à cet instant, d’agir ensemble.

Notre mouvement commence comme un réseau social. La « toile » est la plus grande place publique de notre pays.

Ici, place au peuple !

jesigneM6r.jpg

 

Je signe pour la 6e République :

http://www.m6r.fr/2014/09/je-signe-pour-6e-republique/

15:47 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

15/09/2014

6ème REPUBLIQUE : Jean-Luc Mélenchon en parle à la fête de l'Humanité

JLMHUMA2014.jpg large.jpg

Sixième République, intervention de Jean-Luc Mélenchon dans le stand du Parti de gauche samedi 13 septembre 2014 à la Fête  de l’Huma

logo-radio-de-gauche-large.png

https://soundcloud.com/radio-de-gauche/le-discours-de-jlmelenchon-a-la-fete-de-lhumanite-1309É

18:19 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

13/09/2014

J'aime la retraite à 60 ans, j'emmerde les traders et leurs pratiques de voyous

L'humain d'abord

Voici le temps consacré des traders...  Pour le mieux être de l'Humanité?

jean-luc-melenchon-et-jerome-kerviel-a-la_26a29428fd815fd8ea93bf04ff972244.jpg

 

VITE UNE CONSTITUANTE POUR UNE NOUVELLE RÉPUBLIQUE SOCIALE ET ÉCOLOGIQUE. PLACE AU PEUPLE !

Lolo34

21:03 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

12/09/2014

Urgence écologique, choisis ton maître

6eme-republiquea.png

 

CHOISIR SON MAÎTRE

Le pays aurait tant à faire. Il y a tant de jeunes en formation, tant de postes à pourvoir, tandis que l’urgence écologique nous mord la nuque. Mais ce grand pays bouillonnant d’intelligences est ramené à une dimension étriquée : les couloirs du palais présidentiel. C’est là que l’avenir se décide. Ou qu’il se ferme. La France vit donc au rythme des humeurs du monarque. Cette semaine ce furent celles de son ancienne « Première Dame ». Tristes « secrets » sur un homme faux et manipulateur : rien qu’on ne sache déjà. Comme quoi la monarchie, fût-elle présidentielle, s’apprécie mieux de loin.

Il en va ainsi du débat qui occupe, paraît-il, l’entourage du Président sur son identité politique : social-démocrate ? social-libéral ? Socialiste, personne ne s’y risque quoi qu’il l’ait affirmé une fois. C’est dès 2007 que Jean-Luc Mélenchon retraçait dans un livre, « En quête de gauche », l’évolution de ces anciens chefs de la social-démocratie vers un horizon qu’il baptisa démocrate, car leur politique officiellement réconciliée avec le capital n’avait plus rien de social, dans la lignée des « démocrates » italiens ou états-uniens. Le hollandisme ne nous apprend donc rien, sauf une chose. La manière dont la mutation dont il est l’expression a emprunté le véhicule de la Cinquième République pour s’imposer. Car si le blairisme ou le schröderisme prirent aussi la forme d’un coup de force, celui-ci se joua à visage relativement découvert, contre le « vieux parti ». En témoignent le besoin de théorisation d’un Blair ou les oppositions ouvertes de militants comme Oskar Lafontaine que l’on va retrouver à la fondation de Die Linke.

En France, la Cinquième République offrit à Hollande la possibilité de tourner sans le dire. Ce régime permet au détenteur du pouvoir maximal d’être élu sur toutes les ambigüités et de ne rendre ensuite de comptes à personne, et surtout pas au peuple dont il est censé tirer directement sa légitimité. Occuper l’Elysée lui suffit à donner le la au Gouvernement, à contrôler le Parlement, à se passer du parti majoritaire et de son réseau d’élus, hier vital pour la conquête du pouvoir mais devenu un poids dont le monarque élyséen se déleste comme d’habits démodés.

François Delapierre

15:54 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

10/09/2014

Jean-Luc Mélenchon : Hollande mord toujours les mêmes

dentier1.gif

François Hollande pleurniche : Valérie Trierweiler mentirait, il n’aurait pas moqué les « sans-dents ».

Qu’il se demande plutôt pourquoi tout le monde la croit ! Et s’il veut être cru, qu’il commence par poser des actes qui n’aillent pas au contraire.

Or, il vient de supprimer les crédits destinés à la prévention de la santé bucco-dentaire pour les enfants et adolescents. Ce programme M’T Dents a pourtant démontré son efficacité.

Cette mesure d’austérité est un mauvais coup pour le peuple et sa santé. Elle fera augmenter le nombre des « sans-dents ». Avec sa bouche Hollande proteste, avec ses dents il mord toujours les mêmes.

J-L Mélenchon

18:51 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

02/09/2014

La 6ème République, c'est maintenant !

Bv6IJqNIYAA9gIr.jpg large.jpg

15:57 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

Le chômage c’est la faute du gouvernement, pas des chômeurs !

Loto-thumb-200x240.jpgLe ministre du travail François Rebsamen vient d’admettre son incapacité à diminuer le chômage et pour résoudre ce problème propose de « renforcer les contrôles pour être sûr que les gens cherchent bien un emploi» en mettant en exergue le fait qu’«en France, 350 000 emplois ne trouvent pas preneurs».

Plutôt que de donner des leçons aux chômeurs et de leur faire la chasse, Rebsamen ferait mieux de s’interroger sur sa propre compétence. Le chiffre de 350 000 emplois non pourvus n’a jamais été démontré par aucune étude et le fait que certains emplois ne soient pas pourvus vient le plus souvent de renoncement de la part de l’employeur pour des raisons budgétaires ou parce que le poste ne correspond plus à un besoin. Par ailleurs, de nombreuses offres d’emplois sont fantômes, et là uniquement pour faire de la publicité aux entreprises ou leur constituer une base de CV.
L’augmentation du chômage vient de l’austérité, du coût du capital et de la dérèglementation du travail : le nombre de plans sociaux a explosé depuis l’ANI et en juillet le nombre de ruptures conventionnelles (qui sont le plus souvent des licenciements déguisés) a atteint son plus haut niveau historique.

Il est temps d’en finir avec la culpabilisation des chômeurs et avec le mythe d’un chômage volontaire. Les Français veulent un travail et un salaire digne. C’est le gouvernement, dans sa soumission aux actionnaires et à leurs injonctions, qui les en empêche.

15:26 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | |

27/08/2014

"2017 sera une insurrection !" J-L Mélenchon le 24 août 2014


"2017 sera une insurrection !" - J-L Mélenchon... par lepartidegauche

09:54 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

07/08/2014

J.L.Mélenchon/RTL : "Hollande est une escroquerie !"

2011-03-09-geothermie-soultz-sou2.jpg

"François Hollande rabougrit Jaurès !" a déclaré Jean-Luc Mélenchon, co-président du Parti de Gauche. Il était l'invité de RTL, le jeudi 31 juillet 2014:

Ecouter >

https://soundcloud.com/radio-de-gauche/jlmelencho...

 Jaurès, un modèle politique. Une BD à découvrir "pour les nuls en Histoire".

http://www.ligneclaire.info/morvan-macutay-voulyze-16964....

10:31 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

09/06/2014

Transition énergétique, il faudra faire autrement

transition-energetique.jpgFaudra-t-il entamer bientôt l’autopsie de la loi de transition énergétique promise à plusieurs reprises par François Hollande et ses gouvernements successifs ? Ce que l’on sait du texte en préparation n’incite pas à l’optimisme. La bonne volonté des personnes n’y est pour rien : ce sont de puissants effets de système qui assurent en cette circonstance la survivance indéboulonnable du productivisme.

Rendons au césarisme ce qui est au césarisme. Au nombre des verrous qui pesèrent sur cette loi, mentionnons d’abord la logique antidémocratique des institutions de la Cinquième République. La transition énergétique n’a accédé au statut de chantier majeur qu’en devenant un chantier présidentiel. C’est ce qui pouvait lui arriver de pire. La succession des « conférences environnementales » conclues par le président a conduit à la sortir du débat démocratique contradictoire et public. Elle atterrit entre les mains des lobbies. Bien sûr les associations environnementales étaient de la partie, c’est bien le moins ! Mais comme des lobbies parmi d’autres, hélas moins puissants que d’autres. L’intérêt général n’ayant pas voix au chapitre, la loi devint le produit de rapports de force qui se sont progressivement dégradés à mesure que la discussion s’éternisait.

L’autre contrainte majeure qui pesa sur la future loi fut la recherche par l’exécutif d’un accord avec le MEDEF. La politique de l’offre est le cadre général de l’action de Hollande. Les décisions requises par la transition énergétique furent donc évaluées en fonction de leurs conséquences sur la compétitivité des entreprises. Le coût de l’énergie compta plus que son impact environnemental, ce qui explique la persistance du lobbying pro gaz des schistes mené au sein même du gouvernement, qui plaça sans cesse les tenants d’une transition écologique sur la défensive.

Il faut aussi mentionner un autre handicap dont le poids n’a pas fini de se révéler. Nous payons les conséquences du recul de l’Etat imposé dans le secteur de l’énergie par des gouvernements sous influence néolibérale. Ainsi, la promesse de réduire la part du nucléaire se heurte à maints obstacles supplémentaires. Si l’Etat l’impose à EDF, l’entreprise pourrait exiger de colossaux dédommagements ! Et même si l’Etat y renonçait, ses actionnaires privés seraient fondés à les réclamer. Preuve que même minoritaire au capital, le privé tend à importer sa logique qui ne connaît que le profit et non l’intérêt général dans un secteur où celui-ci devrait intégralement prévaloir.

Un dernier mal frappa la préparation de cette loi : le poids des banques. Sacrifiant à la logique du capitalisme financier qui vise non à supprimer la dette (c’est son aliment) mais à substituer la dette privée à la dette publique, le gouvernement a prévu de faire financer la rénovation thermique des bâtiments par des prêts souscrits par les particuliers, conformément au préconisations des directives européennes favorables au « tiers financement ». Mais le dispositif est enlisé car il est encore négocié avec divers relais des banques qui exigent d’en avoir le monopole.

Tout échec a une part qui prépare l’avenir. Les difficultés de la loi de transition énergétique doivent nous aider à préparer la planification écologique qu’il nous faudra demain mettre en place. Pôle public de l’énergie avec EDF 100% publique, pilotage démocratique associant les citoyens, investissement public libéré de la dictature de la finance en seront les piliers.

François Delapierre, Secrétaire national du Parti de Gauche

17:17 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

02/04/2014

Maintenant ça suffit ! : Le 12 avril, marche du ras-le-bol de gauche à Paris

ca_suffit_2.jpgChômage record, hausse de la TVA, retraite à 66 ans, nouveaux cadeaux au MEDEF, priorité au nucléaire, Europe libérale … Trop c’est trop !

Hollande n’a pas été élu pour ça ! Sa politique aggrave le chômage et toutes les difficultés. Elle désespère le peuple.

Ne laissons pas l’extrême droite privatiser cette colère populaire à son profit. Le problème ce n’est pas l’étranger, c’est la rapacité de la finance et des actionnaires. Le pays est malade de manque d’égalité !

Disons ensemble notre ras-le-bol de gauche.

Disons à Hollande : maintenant ça suffit ! Du balai !

Le 12 avril, marchons à Paris pour dire Place au peuple !

Pour tout savoir sur la marche :

Site : www.marche12avril.org

Page facebook : https://www.facebook.com/marchedu12avril

Evènement Facebook : https://www.facebook.com/events/224981487693606/

Hashtag twitter: #12Avril

10:26 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

05/03/2014

Quel avenir pour l'UKRAINE si la colère sociale est détournée?

Ukraine1.jpgLa situation Ukrainienne, d’une grande complexité a largement été traitée de manière manichéenne par les medias de masse. De la révolution démocratique encensée par l’occident au coup d’état fasciste dénoncé par la Russie, la grogne légitime qui nait d’une situation économique et sociale très dégradée, a été largement instrumentalisée, aussi bien par les Etats Unis d’Amérique et l’Allemagne, que par les divers partis libéraux et nationalistes voire neo-nazis.

Mais ce mouvement représente avant tout le désir d’émancipation sociale d’une classe moyenne que l’Europe inspire, d’une démocratie débarrassée d’une classe oligarchique corrompue, sur fond de luttes nationalistes internes, mais également de combats géo et eco-stratégiques mondiaux. Aujourd’hui, le parti de Yanoukovitch est remplacé par d’autres forces également composées d’oligarques. Et la dimension sociale a été complètement oubliée. Mais, me direz-vous, si colère sociale il-y-a, où est la gauche dans tout ça ?

Lire la suite

18:33 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

03/03/2014

MEDEF, Médéfiens, vous pourrissez la vie de tout le monde

intermittents-forte-mobilisation-contre-la-proposition-du-medef.jpg

Derrière l’épouvantail de l’intermittence, tous les chômeurs

« Cessons de tirer sur les intermittents »

C’est le titre d’un billet à la une des Echos daté du 24 février signé par l’ex-présidente du Medef, Laurence Parisot. Elle y explique aux lecteurs du quotidien économique qui n’en ont pas forcément l’habitude qu’il ne serait pas sage de faire des intermittents des boucs émissaires.

La preuve qu’ils ne sont pour rien dans le déficit de l’Unedic, dit-elle, c’est qu’en 2008, la caisse était alors excédentaire de 4,5 milliards d’euros et qu’en 2010, elle était déficitaire de 2,9 milliards à nombre égal d’intermittents et à montants d’indemnisation équivalents.

Mieux, reprenant des thèses syndicalistes extrémistes, elle se livre à une apologie de la solidarité. A ceux (sans doute nombreux dans son entourage) qui lui répètent en boucle que les allocations allouées aux intermittents sont cinq fois supérieures aux cotisations collectées dans le secteur, elle répond par un argument d’ordinaire étranger à la rhétorique patronale. « Où irait-on si l’on se mettait à soupeser au sein de l’Unedic la contribution de chaque secteur d’activité et à évincer ceux qui, sur une certaine durée, afficheraient un solde cotisations-allocations négatif ? »

Cette excellente question, on aimerait qu’elle la pose à ses anciens camarades du Medef, qui, manifestement, persistent à penser de la sorte. Il ne faut toutefois pas se méprendre sur la conversion de l’ancienne présidente du Medef. La culture reste pour elle une marchandise et c’est en comptable avisée qu’elle se penche sur le problème. Pas à la manière du président américain, Abraham Lincoln, qui avait lâché à quelques cupides accrochés à leur magot : « si vous trouvez que la culture coûte cher, essayer l’ignorance !»

 

Lire la suite

20:39 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

02/03/2014

Copé à poil ? Rhabillé pour le printemps!

coppe2tousapoil.jpgJean-François Copé, hier en croisade contre le vol de pains au chocolat dans les cours des écoles primaires, Père la Morale aujourd'hui, sur ce que devraient, selon lui, pouvoir lire ou pas les enfants des écoles laïques et républicaines, semble ce soir bien empêtré dans une sale affaire de "pots de vin" consentis à des amis au grand dam des militants du parti politique dont il est le président. C'est ce qu'affirme la rédaction du Point. Lire ci-dessous

Lolo34

cope_pain_au_chocolat_ramadan.jpg

EXCLUSIF. Affaire Copé : des copinages qui coûtent cher à l'UMP 

Par Mélanie Delattre et Christophe Labbé

Les militants UMP qui ont cotisé pour le Sarkothon ne diront pas merci à Bygmalion. Au moment où Copé leur demandait de renflouer les caisses du parti de 11 millions d'euros, l'agence de communication appartenant à deux de ses anciens collaborateurs venait d'empocher de l'UMP huit millions d'euros pour avoir organisé les meetings de la campagne 2012.

Selon des documents dont Le Point a eu connaissance, Event & cie, la filiale événementielle de Bygmalion, a profité de la période faste de la présidentielle pour charger la mule sur certaines prestations facturées à l'UMP hors appels d'offres. Lors des meetings, les frais de traiteur, de retransmission vidéo et d'éclairage atteignaient parfois le double des tarifs habituels !

Le Point a enquêté sur ce que certains au sein du parti qualifient de véritable "hold-up" : entre 2010 et 2012, alors que les finances de l'UMP sombrent dans le rouge, la petite boîte de com connaît, elle, une santé florissante... Dès la création de Bygmalion en 2008, Jean-François Copé, président du groupe UMP à l'Assemblée nationale puis secrétaire général du parti, multiplie les commandes auprès de l'agence de com de ses amis Bastien Millot et Guy Alves, qui ont travaillé plus de dix ans à ses côtés, d'abord à la mairie de Meaux, puis à son cabinet chaque fois où il a été ministre.

L'ancien chef de cabinet de Copé au centre d'un montage financier

Lire la suite

09:29 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

28/02/2014

AYRAULTPORT #NDDL: Ce sont les socialistes qui veulent passer en force!

manif-contre-aeroport-nddl-Manif_NDDL_2012_11_10_177.jpgLe président Socialiste de la Région des Pays de la Loire a demandé à François Hollande l’évacuation des militants et résistants sur le site de Notre Dame des Landes. Après avoir monté en épingle le "millier" de casseurs et les scènes de "guérillas urbaine" la ficelle est grosse.

repNDLL1.jpg

Ce sont les socialistes et Jean Marc Ayrault qui tentent de passer en force, encore une fois. Contre une majorité de français qui s’opposent à eux, contre les faits et les chiffres qui leur donnent tort, en imposant, par la répression, un projet inutile.

Mathieu Agostini

20:01 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |